Manifestations et réunions

Commémoration de la fête nationale

A l’invitation du maire et du Conseil Municipal, de nombreux habitants se sont rendus à la mairie le 14 juillet 2018 pour célébrer la fête nationale. Dans son discours disponible sur le site www.cros-cevennes.fr, onglet Vie communale, rubrique Discours et documents, le maire a rappelé le sens de cette date du 14 juillet que nous célébrons aujourd’hui. Il ajoute que « les moments forts de notre histoire, hier comme aujourd’hui et encore plus demain ont été, sont, ou seront  les moments où tous les françaises et les français sont  unis dans la paix et dans le désir de se projeter dans un avenir commun ». Enfin il conclut « en ces temps qui résonnent d’intégrisme, d’intolérance, de violences et d’égoïsme, célébrer le 14 juillet est l’occasion de réaffirmer notre attachement aux valeurs de notre république reprise dans notre devise : Liberté, Égalité, Fraternité.

Après une minute de silence à la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté, le maire a convié les participants à partager le verre de l’amitié autour du buffet dressé par Mado. Les discussions animées entre les habitants témoignent de la vitalité du lien social dans notre petit village.

Commémoration du 11 novembre 1918 à Cros

A l’invitation du Conseil Municipal une trentaine de personnes ont participé à la cérémonie de commémoration de la fin de la “Grande Guerre”. Après la lecture des discours officiels par la jeunesse, le maire Christian Clavel a rappelé l’importance des dates commémoratives pour les nouvelles générations et son souhait d’en savoir un peu plus sur les hommes dont les noms figurent sur le monument aux morts. Le verre de l’amitié qui a suivi a permis de nombreux échanges entre les habitants et ses élus. Un grand merci aux conseillères qui ont préparé le buffet.

Les Cévennes et le Gard hébergent de nombreux rapaces diurnes

Christophe Grousset est un passionné. Il habite Cros. Vendredi dernier à la mairie, devant une salle pleine, il a parlé avec passion de ces oiseaux qui pour leur agilité, leur beauté et leur diversité fascinent et suscitent la passion.
Plus de 16 espèces se reproduisent dans le Gard , dont les grands aigles royales et de Bonelli ainsi que vautour, buse, busard, épervier, faucon, milan qui sont tous suivis attentivement par les ornithologues, car leur évolution sont des indicateurs de la bonne qualité des milieux. Il est constaté que là où ils sont nombreux l’ensemble de la faune se porte mieux.
Depuis 1972 une loi protège tous les rapaces de France. Mais, si la situation s’est améliorée elle reste préoccupante. En effet, les rapaces ont été longtemps persécutés au nom de croyances populaires et accusés par les chasseurs et éleveurs de menacer leurs activités.On constate encore dans cet esprit des actes de destruction et de dégradation des habitats.
Dans le département de nombreuse associations naturalistes existent et chaque amateur peut leurs faire parvenir ses observations. Voir le Centre ornithologique du Gard- Site : www.cogard.org

Bernard Princé

conference-sur-les-rapaces

Commémoration du 8 mai 1945 à Cros

A l’invitation du Conseil Municipal une cinquantaine de personnes ont participé à la cérémonie de commémoration de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Après la lecture des discours officiels par la jeunesse, le maire Christian Clavel a rappelé l’importance des dates commémoratives pour les nouvelles générations. L’apéritif qui a suivi a permis de nombreux échanges entre les habitants et ses élus.

Travaux

 

2018 : Trois gros chantiers en cours !

L’air au service de L’eau

Grâce au bon sens de nos anciens, l’alimentation en eau de Cros est principalement assurée par des captages situés sur des points hauts de la commune. Cette solution permet un écoulement gravitaire et sans énergie électrique soumise aux aléas climatiques. Si à l’époque l’acheminement des matériaux de construction du captage a été réalisé à dos de mulet, 40 ans plus tard, c’est l’héliportage qui a été retenu pour assurer la livraison des 2,5 tonnes de matériaux nécessaires à la réalisation des protections obligatoires du captage du vallon d’Esclafar. Cette solution s’est avérée plus économique, plus rapide et moins destructrice pour l’environnement que le tracé d’une piste pour un acheminement par engin motorisé (les mules n’étant plus disponibles). Six rotations de 4 minutes suffirent pour effectuer le trajet aller-retour entre le col de Bantarde et le captage et déposer les fournitures à pied d’œuvre. Reste maintenant à l’entreprise Dhombres de construire la clôture et mettre en place le portail d’accès. Une fois ces travaux terminés notre captage qui alimente le réservoir de La Rouviere, sera protégé de l’intrusion des animaux et la qualité de l’eau devrait en être améliorée. Enfin, merci à Lucien Alibert qui a mis à disposition son champ comme aire d’atterrissage.

Compte Rendu de la réunion publique du 21 juin 2018 à Cros

Environ 40 habitants ont répondu à l’invitation du maire pour connaître le détail des restrictions de circulation en raison des travaux sur les conduites d’eau de la commune.
D’abord le maître d’œuvre Pierrick Bassot d’Inframed a présenté brièvement le programme des travaux prévus sur le réseau AEP.
Après avoir entendu les remarques des hébergeurs de Cros hostiles au déroulement  des travaux en juillet permettant de sécuriser la distribution d’eau toujours critique en août, Christian Clavel en accord avec l’entreprise SRC chargée des travaux a finalisé le planning suivant :
– Phase 1 Chantier sur la RD 169 entre Cévennes et la Pieuzelle en septembre
– Phase 2 Chantier ente le Pont et le Pouget en octobre
– Phase 3 Chantier au mas de Bourguet en décembre 2018.

Les vues suivantes détaillent les dates et lieux des opérations.

 

Questions de l’assistance et Réponses du chantier

  • Dérogation pour urgence médicale ou sécurité possible mais exceptionnelle
  • Possibilité accès 2 roues, piétons OK après accord du chef de chantier
  • Accord pour disponibilité parking Bertolo à voir action Mairie
  • Aménagement plage horaire lundi-vendredi non sauf cas vendredi après-midi
  • Aménagement coupure mi-journée non
  • Covoiturage possible à organiser par les personnes concernées
  • Contact Mairie, Chantier et Bureau SRC oui
  • Circulation libre les WE oui
  • Coupures brèves au niveau du pont Bancillon

NOTA : Sur la page d’accueil du site vous trouverez une mise à jour régulière des emplacements des travaux et des conditions de circulation.

Deux gros chantiers terminés !

Accessibilité
Les principales obligations des communes en matière d’accessibilité des lieux publics aux personnes handicapées ou à mobilité réduite définies par la loi du 11 février 2005 sont maintenant remplies. Au terme de plusieurs mandatures, après l’achat d’un terrain, la sélection d’un maître d’œuvre, l’amélioration de l’étude et la réalisation des travaux à la mairie, au temple et à l’église de Cros, ce chantier qui a mobilisé beaucoup d’énergie est enfin achevé. Dès sa prise de fonction l’équipe municipale a repris le projet initial concernant la mairie pour d’abord le rendre conforme aux obligations légales (modification des sanitaires) et surtout pour minimiser l’impact des contraintes techniques liées à l’installation d’un élévateur accessible depuis la route sans défigurer le bâtiment communal ni pénaliser la circulation. De même au temple, la création d’une entrée latérale conforme a permis de garder intact le perron de l’entrée principale et la petite cour. Ces résultats n’auraient pu être obtenus sans le travail collectif des élus et des habitants associés à ce projet
Sur le plan financier cette opération est lourde pour la commune en raison principalement du faible montant des aides de l’Etat et ce malgré l’obtention de financements complémentaires (réserve parlementaire). Le total des travaux sur nos trois sites s’élève à 132 475 Euros H.T. avec un montant de subventions d’environ 42 000 Euros soit 32% seulement.
Les photos ci-dessous illustrent les principales modifications réalisées :

elevateurescalier

Elévateur point Bas Escalier normalisé Elévateur point haut

Piste accès secrétariat WC normalisé Porte au temple

Chemin communal du Pouget au Mas de Lafont
Cette voie en terre qui dessert une quinzaine de résidences principales, quelques résidences secondaires et un gîte n’est plus adaptée au trafic des habitants qui l’empruntent plusieurs fois par jour. Situé sur le versant nord de la montagne de la Fage, ce chemin communal n’est pas revêtu et donc très vulnérable aux intempéries. De plus, son entretien nécessite de fréquentes et coûteuses reprises. Enfin, c’est un des éléments du dispositif de prévention des incendies dans les massifs forestier (DFCI N°G66).
Aussi la municipalité a décidé dès 2016 d’engager de lourds travaux sur cet itinéraire, dernier chemin communal non revêtu.
– D’abord réparer les dégâts causés par les intempéries de septembre 2014, les aides de la Région, du Département et de l’Etat ajoutées aux ressources de la commune ont permis de réparer en béton les virages détériorés (27 000 Euros).
– Puis avec l’aide du SIVU qui gère l’entretien des pistes DFCI, c’est 31 000 Euros de travaux financés à 80% pour débroussailler le chemin et de reprofiler la piste au gabarit des engins de pompiers.
– Enfin, nous avons pu inscrire au contrat territorial du département du Gard 42 000 Euros financés à 25% pour la réalisation du goudronnage des 1050m de chaussée.
Ce chantier maintenant terminé non seulement améliore les conditions de circulation des usagers mais aussi l’accès aux installations de captage et de traitement du réseau d’eau de la commune. Cependant, il convient de rappeler aux utilisateurs (résidents, chasseurs, promeneurs,..) que le maintien en bon état de cet itinéraire implique le respect strict de la limitation de vitesse à 30km/h voire moins en cas d’intempéries.
Les photos ci-dessous montrent l’importance des travaux réalisés sur le parcours.

Tracé du chemin communal #2 Vue de la chaussée goudronnée

Les travaux du chemin du cimetière sont terminés !

Lancés en 2008 ces travaux d’aménagement de la montée au cimetière communal offrent dorénavant un accès amélioré aux véhicules et un joli départ pour des balades vers le Mas de Bourguet. Merci à tous ceux qui ont contribué à cette réalisation à la fois esthétique et utile.

chemin-cimetieremur-cimetiere

Le traitement fonctionne au réservoir de Bourguet

Après plusieurs mois d’interruption, l’alimentation du réservoir du mas de Bourguet est de nouveau assurée.
La pose du tuyau aérien provisoire de près de 160 mètres est terminée.
Le réservoir reçoit un débit suffisant du captage pour alimenter en eau traitée tous les habitants desservis.
Suite à la remise en service du dispositif de traitement nous invitons les abonnés à nous faire connaître leur avis sur le goût de l’eau afin que nous affinions les doses de chlore.bourguet

Les associations

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance d’une nouvelle association

“Les Bulles de la Fontaine”

Installée au sein d’un habitat participatif à Cros, cette association élabore dans une microbrasserie toute sorte de boissons fermentées de manière artisanale et biologique.

Pour en savoir plus cliquez ci-après Présentation de la Brasserie

 

La commune de Cros compte les principales Associations suivantes :

Les bulles de la fontaine – Tel : 06 95 42 12 41 et 07 69 41 39 82

Ecoute et Regard – Tel : 06 45 79 84 55

Culture et Patrimoine – Tel : 04 ­66 ­77 21 43

Club Rencontres & Amitié ­- Tel : 06 78 76 44 90

La Diane de Cros (chasse) – Tel : 04 ­66­ 80­ 03 ­15

La Fage de Cros (chasse) ­- Tel : 04 ­66 ­77 ­26 42

Archives communales

 ARCHIVES DE CROS

La loi du 3 janvier 1979 définit les archives comme “l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur forme et leur support matériel, produits ou reçus par toute personne physique ou morale, et par tout service ou organisme public ou privé, dans l’exercice de leur activité”.
Les archives communales sont des documents publics, imprescriptibles et inaliénables : elles font partie du domaine public de la commune. Elles ne peuvent, en aucun cas, être aliénées ni détruites ; à chaque changement de municipalités, un récolement, c’est à dire une vérification d’inventaire, est effectué et cosigné par le maire en place et le maire sortant.
À Cros, le conseil municipal a décidé, par délibération du 16 septembre 2010 : de conserver à la mairie toutes les archives communales, avec l’accord et sous le contrôle de la directrice des Archives Départementales et de nommer Roland Castanet comme archiviste de la commune.
Elles sont consultables, selon les articles L213-1 à 6 du Code du patrimoine et le règlement municipal téléchargeable ci-dessous

reglement-acc

dans le bureau des archives tous les lundis après-midi ou sur rendez-vous. Vous pouvez chercher un document dans l’inventaire dressé par R. Castanet & M. A. Princé dans le fichier téléchargeable
Cros inventaire complet
qui contient 447 articles, datés de 1636 à 1990, rangés sur 14 m. d’étagères.
Il est possible à des particuliers de déposer des archives, quelle que soit leur provenance. Ils en déterminent les conditions d’accès. Elles complètent nos connaissances sur l’histoire de la commune et de ses habitants.
Elles sont répertoriées à la fin de l’inventaire (série S). Le fonds Hébrard, particulièrement riche, a un inventaire détaillé.  D’autresux fonds sont venus s’ajouter : le fonds Daudet, le fonds Vidal, le fond de l’église réformée, le fonds Mathieu Quenet et l’inventaire papillons de Cros de 2018.

A titre d’illustration, ci-dessous copie de l’un de nos plus anciens documents
compoix-teissonniere
Compoix (ancien cadastre) de 1700

Lou Crousen

Vous trouverez ci-dessous les dernières éditions du journal municipal.

2020

louCrousen jan 2020

 

2019

louCrousen octobre 2019

louCrousen juillet 2019

louCrousen avril 19

louCrousen jan 2019

2018

louCrousen oct 18

Annexe

louCrousen juillet 2018

louCrousen avril 18

Sondage R&A louCrousen avril 18

louCrousen jan 2018

Poème Crousen

louCrousen juil17

louCrousen avr 17

louCrousen jan 2017

2016

louCrousen oct 2016

louCrousen juil 2016

louCrousen avr 2016

Discours et documents

Texte du discours prononcé le 18 janvier 2020 par Christian Clavel lors de la cérémonie des voeux à la population.

C’est avec le plus grand des plaisirs que je vous retrouve en ce début d’année pour vous présenter les vœux de l’équipe municipale.

Je souhaite très personnellement la bienvenue à chacun d’entre vous à cette cérémonie qui est la dernière de ce mandat.

Vous êtes nombreux mais ayons une pensée pour  celles et ceux  qui nous ont quitté ou qui pour des raisons de santé n’ont pu se joindre à nous.

Cette cérémonie est particulière car nous sommes dans la pré-campagne des élections municipales; celle qui nous conduira à choisir l’équipe qui aura en charge la destinée de notre commune pour les 6 prochaines années.

Pendant cette période des règles très précises m’imposent évidemment de ne pas utiliser cette tribune à des fins de propagande électorale.

D’autant plus que vous le savez certainement j’ai décidé de briguer un 2ème mandat. Et il sera temps, à un autre moment dans quelques semaines de faire le bilan et de présenter les projets pour la commune. En attendant ce mandat n’est pas encore terminé et il reste encore des choses à faire.

Je me conformerai donc à ces règles et j’adopterai un discours aussi neutre, informatif et factuel que possible.

Mais nous pouvons comme nous le faisons depuis 4 ans, rendre compte de ce que nous avons fait et de de ce que nous n’avons pu faire au cours de l’année passée.

Pour les projets à venir je serai silencieux car cela pourrait être pris pour de la propagande.

 

Mesdames, Messieurs,

Au cours d’un mandat, les projets sont discutés, débattus, présentés, le Maire y a certes un rôle primordial, un peu celui du chef d’orchestre dit-on.

Il doit composer en fonction des envies de chacun, des demandes de la population, des contraintes financières, des objectifs, des priorités et des engagements pris lors de son élection.

Mais pour cela il n’est jamais seul et ne peut rien sans une équipe municipale soudée à ses côtés.

J’ai eu la chance d’avoir pu m’entourer d’une équipe de premier plan qui pendant ces 4 ans m’a donné la force dont il faut faire preuve au cours d’un mandat.

Cette équipe a dans la durée proposé et soutenu tous les projets qui ont été réalisés.

La gestion d’une commune aujourd’hui se professionnalise et elle ne peut plus se satisfaire des techniques du passé. Une commune cela demande beaucoup de temps et d’abnégation, si on veut faire avancer les choses et c’est certainement les raisons principales qui conduisent les citoyens à ne pas vouloir briguer un mandat municipal.

Au cours de cette cérémonie un peu particulière, je veux, parce que c’est la fin de mandat, prendre le temps une nouvelle fois et avec encore plus de force et de chaleur  remercier chacun des membres de cette équipe municipale, celles et ceux qui ont décidé de poursuivre et mais aussi celles et ceux qui préfèrent arrêter, Ils n’ont  jamais en 4 ans, choisi l’intérêt particulier et encore moins leur intérêt personnel  au détriment de l’intérêt général. C’était notre engagement et il a été tenu.

Je voulais leur dire  « merci » pour leur implication, « merci » pour leur dévouement et « merci » pour leur soutien. Même si parfois ils ont pu trouver que travailler avec moi peut être difficile tant je suis paraît-il  pressé et parfois pointilleux pour ne pas dire emmerdant.

Mais le fonctionnement d’une commune repose sur le rendu du service que la population attend. Et elle aussi, je peux l’affirmer, est souvent pressée et toujours exigeante.

Certains conseillers souhaitent passer la main, sachez que je regrette leur départ j’aurai aimé faire avec eux un plus long chemin. Avec  Patrick Nobileau qui a eu la rude tâche en tant que 1er Adjoint d’abord de me supporter et celle dans laquelle il excelle d’informer la population à travers le Crousen et le Site Internet mais aussi il s’est chargé des relations avec Orange et ça n’a pas été un long fleuve tranquille. Grace à son implication toute la population a pu suivre en permanence et en  quasi direct ce que faisaient les élus et ce qui se passait sur la commune.

Avec Patrick avec nos différences mais notre complémentarité j’avais l’impression de former un vrai exécutif dans l’équipe municipale. Et même si je comprends les raisons de son choix je le regrette particulièrement.

A toutes et tous qu’ils arrêtent ou qu’ils continuent ils peuvent être fiers du travail qu’ils ont accompli pendant ce mandat. Il y a très longtemps qu’il n’y avait pas eu tant de changements en si peu de temps. Mais il reste encore beaucoup à faire mais en faire la liste ce sera pour une autre fois.

L’équipe municipale a choisi et décidé mais rien n’aurait pu se réaliser sans l’implication du personnel communal et celle de nos partenaires. Je renouvelle donc un

merci à l’ensemble du personnel communal, à Bavella qui fidèle au poste assure la tache de plus en plus compliquée du secrétariat d’une mairie rurale, et cela malgré  l’augmentation de la charge de travail due aux nombreux travaux réalisés mais aussi à la complexité des tâches administratives d’aujourd’hui et je ne parle même pas des liaisons internet pour le moins aléatoires mais sur ce point vous êtes au courant.

Merci à Claudine qui s’implique pleinement afin que nos bâtiments municipaux soient toujours dans un état de propreté sans reproches. Merci aussi à Gaëtan Dhombres qui depuis le mois d’août assure les fonctions d’agent d’entretien en remplacement de Didier que des problèmes de santé ont éloigné de la mairie. Je sais que Didier est présent ici,  souhaitons-lui un prompt et durable rétablissement.

Enfin je ne peux oublier tous nos partenaires qui chaque jour à des degrés divers nous permettent d’assurer la tâche que vous nous avez confiée.

Un Soutien particulier aux agents de la perception de Saint Hippolyte du Fort sans qui le suivi comptable de notre commune, comme des autres communes d’ailleurs, serait beaucoup plus compliqué. Pourvu que la raison l’emporte et qu’on ne supprime pas cette trésorerie.

Merci enfin à toutes celles et ceux qui nous conseillent ou qui nous aident à financer et à réaliser nos projets qu’ils soient dans les services de la Préfecture ou de la Sous-Préfecture du Vigan ou dans ceux du Conseil Départemental  ou du Conseil Régional en passant par la DDTM, l’agence de l’Eau, le SMEG et la CCPC, les entreprises, la gendarmerie et j’en oublie beaucoup qu’ils veuillent bien m’excuser.

En premier lieu je voudrai faire un état de la situation que nous avons eu en 2019:

Rappelez-vous, il y a un an, c’était les Gilets Jaunes, le cahier de doléances, le Grand Débat avec les conséquences que vous connaissez. Je ne tirerai pas de conclusion sur le bien ou le mal fondé de celles-ci, mais en apparence du moins ce mouvement a semble-t-il modifié un peu l’image qu’avait nos communes rurales dans les yeux des Parisiens.

A la fin de l’année c’est le mouvement contre la réforme des retraites qui agite le pays même si cette fois le mouvement est plus perturbateur dans les grandes villes que chez nous. Il y a toujours quelque chose qui se passe dans ce monde un peu fou.

Plus préoccupant est la mise en application de la réforme de la Taxe d’Habitation.

Vous le savez tous la TH sur les résidences principales est appelée à disparaître.

Si c’est une bonne nouvelle pour les contribuables elle l’est moins pour les budgets communaux et la bonne gestion des communes. Car la TH est une ressource importante et son évolution en + ou – était de la responsabilité des conseils municipaux. C’est un impôt local.

Il est annoncé que le nouveau système ne fera pas perdre un centime aux communes qui seront compensées. Nous verrons si cet engagement est tenu dans le temps.

Dans cette suppression ce qui me gêne le plus c’est que la TH était un lien direct entre le territoire et tous les citoyens y vivant dessus.

A travers la TH nous financions une partie du fonctionnement et des  investissements, de tout cela tout le monde profite. Demain seules les résidences secondaires seront assujetties à cette taxe. On n’a pas demandé l’avis des maires pour cette suppression mais si on l’avait fait j’aurai dit que je trouvais cela dérangeant pour trois points au moins:

Le 1er, est que le taux de cette TH était de la responsabilité des élus municipaux et on pouvait la faire évoluer en fonction du coût de la vie ou des investissements à réaliser,

Le 2ème, c’est que cela fait apparaître deux types de citoyens: ceux qui payent la TH et contribue pleinement de ce fait, financièrement au fonctionnement et à la réalisation des nouveaux équipements et ceux qui bénéficierons de ces équipements alors même qu’ils ne les auront  pas ou que  partiellement financés.

Le 3ème, c’est que ce faisant, c’est les résidents secondaires qui utilisent moins les équipements qui seront ceux qui participeront le plus à leurs financements. Je ne suis pas résident secondaire mais je trouve qu’il y a  quelque chose de dérangeant.

Mais surtout, on n’a pas demandé l’avis des maires en tout cas pas le mien.

Un aperçu sur des grands chiffres:

Démographie La population de Cros = 252 habitants

La population DGF (dotation globale de fonctionnement) celle qui est prise en compte pour entre autre l’attribution des dotations de l’état mais aussi pour les contributions de la commune à divers organismes est de 365 habitants

Le nombre d’électeurs est de 248. Tout cela est d’une stabilité certaine par rapport à 2018.

Nous avons eu à déplorer parmi la population : 4 décès

nous avons célébrés : 6 unions (3 mariages et 3 PACS)

Des naissances il y en a eu mais elles ne sont pas comptabilisées à Cros mais au lieu de la maternité de naissance.

En ce qui concerne les finances de la commune :

La trésorerie au 31 décembre: c’est à dire ce que nous avons en caisse déduction faite des factures des travaux commandés et non encore payés  auxquels on rajoute les subventions que nous avons obtenues pour les travaux terminés et que nous n’avons pas encore touchées, la trésorerie donc s’élève à un peu plus de 670 000€. Ce qui montre que malgré les travaux réalisés et la stabilité des impôts locaux depuis 4 ans la situation financière de la commune ne s’est pas détériorée bien au contraire. Cela permettra peut-être à l’équipe suivante de maintenir le niveau des impôts locaux au niveau actuel tout en poursuivant la politique d’équipement dont la commune a  besoin pour satisfaire les attentes de la population.

Dette : nous avons en 2018 contracté pour la réalisation des travaux d’AEP un emprunt de 300 000€ sur 25 ans. Que nous avons commencé à rembourser et que nous pourrions, si nous le souhaitions, rembourser totalement dès aujourd’hui par anticipation vu notre trésorerie. Je pense que cela n’est pas souhaitable si on considère le taux d’intérêt auquel nous avons emprunté, et le niveau actuel et prévisionnel de l’inflation.

Il vaut mieux garder notre trésorerie cela donne de la souplesse pour financer d’autres travaux urgents. Mais si nous le remboursions notre trésorerie se retrouverait sensiblement au niveau de celui trouvé en 2016 à notre arrivée et cela malgré les nombreux travaux réalisés.

Sur un autre sujet :

Un problème préoccupant a été constaté et ce que je vais dire n’est pas agréable a entendre pour ceux qui sont concernés mais il est de mon devoir de le dire même si ce n’est pas porteur en période  électorale:

Depuis plusieurs années nous constatons une baisse sensible de la consommation d’eau distribuée par la commune. Cela pourrait paraître comme une excellente nouvelle tant la ressource en eau sur la planète est un sujet préoccupant.

Mais malheureusement  après analyse de la situation il apparaît que cette baisse de la consommation ne se fait que parce que certains abonnés se sont équipés de forage particulier ou ont capté des sources et n’utilisent l’eau publique que lorsque leur puits ou leur source ne donnent plus assez pour leur consommation.

Donc le prélèvement dans le milieu naturel est inchangée peut être même augmenté puisque l’eau étant « gratuite » on en consomme plus. Cette façon de raisonner si elle se comprend du point de vue de l’abonné est une catastrophe pour le budget de la commune. Sans rentrer dans le détail de la comptabilité d’une commune il faut savoir que le budget de l’eau (comme celui de l’assainissement collectif) est un  budget autonome dit Industriel et Commercial et que les dépenses doivent être équilibrées par les seules recettes de l’eau. Autrement dit moins il y a de recettes moins il peut y avoir de dépenses. Et donc moins de possibilités d’investissements ou de réparations. Certes il n’est pas dans mes intentions de contester le droit à tout un chacun de prélever de l’eau dans le milieu naturel à la condition bien sûr que la déclaration soit faite en mairie comme l’impose la loi et que cela soit fait dans les règles afin que le mélange de l’eau privée souvent non traitée ne vienne pas polluer le réseau public. Mais je trouve donc un peu cavalier que ceux qui ont fait le choix de ne se servir de l’eau publique que lorsque leur forage ou leur source sont vides puissent venir exiger la réalisation de travaux ou de renforcement de réseau. Méditez cette situation et vous comprendrez que dans ce cas l’intérêt d’un particulier est très néfaste à l’intérêt général.

Quelques rappels sur 2019 :

Comme il ne faut surtout pas que cette cérémonie puisse être confondue avec une réunion de campagne électorale je me contenterai de faire l’inventaire des changements les plus visibles qui se sont produits sur la commune au cours de ces 12 derniers mois.

  • La mise en service complète des travaux engagée en 2018 pour refaire la partie basse du réseau d’eau potable de Bourguet et l’alimentation du Pouget.
  • La mise en service de la télésurveillance de toutes nos installations d’AEP (4 réservoirs, 4 captages et 2 forages). La réception des travaux se fera fin janvier en principe.
  • La pose de compteurs de secteurs afin de suivre plus finement les consommations sur chacune des branches de nos réseaux et par là de détecter plus facilement les fuites qui pourraient se produire.
  • La construction d’un terrain de boules et d’une aire de Fitness pour les sportifs. (en cours il manque l’éclairage et le mobilier).
  • la reprise des concessions abandonnées au cimetière de l’église de Cros afin de faire comme disait Georges Brassens « une place aux jeunes en quelque sorte ».
  • A la fin de l’année nous avons profité de la vente d’une partie de la propriété de Marcel Cerret à La Clède pour acheter ces 26 hectares et agrandir ainsi le domaine communal où la population pourra comme sur les 32 ha de Liroumas librement se promener, ramasser châtaignes et champignons ou prendre du bois mort. Mais il sera interdit de couper du bois vert et de faire du feu.
  • Le lancement du projet du Verger des Sauvages qui n’a pas encore débuté mais qui a mobilisé une grande partie de la population de Cros pour le soutenir dans le cadre du projet participatif lancé par le Conseil Régional Occitanie. Et qui s’est conclu par une brillante 5° place au classement général sur presque 80 projets au départ et seulement 28 dans la phase finale. Si la subvention obtenue est à la hauteur de ce que j’espère nous engagerons très rapidement sa réalisation.
  • La pose de Poteaux d’Incendie supplémentaires et la révision totale de notre réseau de défense contre l’incendie qui est maintenant à la charge complète de la commune, pour ce qui est de l’entretien et de la surveillance et du contrôle.

Mais surtout le gros morceau de l’année a été le renforcement du réseau de La Rouvière avec la mise en service du forage d’Aigue Vive, la pose de la conduite d’eau entre le forage et le réservoir de La Rouvière et la modification de celui-ci pour pouvoir accepter à la fois l’eau provenant des sources et celle venant du forage. En même temps nous avons profité de ces travaux pour remplacer le dispositif de traitement de l’eau par UV  par un dispositif agrée par l’Agence Régionale de Santé. Ce renforcement nous a permis de passer l’été à la Rouvière avec de l’eau chaque jour et cela malgré la sècheresse et le quasi arrêt de la source de vallon d’Esclafar pendant plusieurs semaines.

Encore une fois je voudrai remercier toute la population qui a accepté sans trop grogner la gêne qu’a pu apporter la réalisation de tous ces travaux et aux familles Mantes pour le réseau de  Bourguet, Rouquette pour la partie du Pouget, Suau pour  la Rouvière, Dumeny à Aigue Vive de nous avoir permis gracieusement de traverser leur propriété afin de pouvoir poser les conduites d’eau.

L’intérêt général prévalant pour eux sur leur propre intérêt.

Dans le domaine culturel 2019 a été dans le droit fil des 3 années précédentes, c’est à dire riche. 13 manifestations culturelle (concert, théâtre, conférence, film) soit plus d’une par mois nous ont été proposé par nos 3 associations, Culture et Patrimoine, Ecoute et Regards, et Musikacros. Les membres de ces 3 associations avec ceux du Club Rencontres et Amitié se mettent en 4 tout au long de l’année pour animer le village avec des spectacles des concerts, des conférences ou des activités de très grande qualité mais surtout permettent les rencontres entre les habitants. Encore hier soir la salle était pleine pour suivre une conférence sur un périple au Japon et les temples bouddhistes. Je les remercie pour tout ce qu’ils font et je sais qu’ils aimeraient voir arriver un peu la relève afin qu’ils puissent partager le travail que toutes ses animations demandent.

Sur le plan négatif et oui il y en a  eu en 2019  sur la commune,

  • d’abord nous n’avons pas réussi à faire fonctionner normalement les dispositifs de traitement de l’eau du réseau des Fourniels et à Boulségure et nous sommes donc toujours obligés de traiter l’eau manuellement. Je pense que les dispositifs installés ne sont pas compatibles avec les besoins des Fourniels et Sauzet nous réfléchissons pour remplacer le dispositif des Fourniels actuellement au chlore par un dispositif UV. Des demandes de subventions ont été présentées pour cela mais seront elles prises en compte alors que ces installations n’ont pas 6 ans…… ? Ce n’est pas sûr et c’est là que notre trésorerie sera nécessaire.
  • 2019 été aussi malheureusement en ligne avec 2018 pour l’incivilité dans le domaine des points de collecte des Ordures Ménagères. Chaque semaine nous constatons que des produits qui n’ont rien à y faire sont déposés aux 3 points de collecte des OM. Je rappelle que seules les OM peuvent être déposées dans les bacs gris et jaunes et le verre dans les colonnes à verre. Or, nous constatons que des objets aussi divers que des pneus, de l’électroménager, des roues de vélo ou d’auto, des vêtements, du polystyrène, des meubles, du bois et d’autres objets qui n’ont rien à faire aux points de collecte y sont pourtant déposés. Les points de collecte ne sont pas des annexes de la déchetterie.

Sachez qu’ils ne sont pas ramassés et qu’il est nécessaire que notre employé communal ou un des conseillers municipaux ou moi-même les transportions à la déchetterie. Même les cartons ne sont pas du domaine des OM et doivent être déposés en déchetterie. Alors faisons un effort pour respecter les règles. Tout le monde y sera gagnant. Car ces incivilités ont un coût qui se répercute sur votre facture des OM et donnent vraiment une mauvaise image de la commune et de ses habitants. C’est le moment des vœux alors faisons celui que l’année 2020 soit dans ce domaine meilleure que l’année passée.

Le 2ème point où des efforts sont à faire est le respect de la loi en ce qui concerne le débroussaillage. Au début 2019 nous avons rappelé par une lettre et des affiches, les obligations que les particuliers ont en matière de débroussaillage autour de leur maison ou de leurs chemins.

Les gros incendies de l’été 2018 et ceux meurtriers de 2019, sans parler de ceux d’Australie en ce moment doivent nous interpeller. Le couvert végétal sur la commune est très important et progresse en densité un peu plus chaque année. Les périodes de sécheresse sont de plus en plus longues, de plus en plus fréquentes et d’intensité plus forte. Les mairies doivent s’assurer que les distances débroussaillées sont respectées et nous le ferons dès ce printemps.

Sachez que la Direction Départementale des Territoires et de la Mer sur ordre du Préfet contrôle chaque année si le maire a bien fait respecter la loi et dans la négative prend les mesures pour la faire appliquer et sanctionne les récalcitrants et les mairies.

L’année dernière 3 communes de la CCPC ont été contrôlées. Un jour, peut-être en 2020, ce sera au tour de Cros.

Alors là aussi agissons avant la période chaude. Notre richesse ici ce sont nos paysages et notre nature. Ne prenons pas le risque de les perdre

Enfin pour terminer je ne peux éviter de parler de 2 fléaux naturels qui se sont présents sur  la commune.

Le premier est le nombre de sangliers. Les dégâts causés sont chaque année plus importants. La proximité des maisons habitées ne les perturbent plus je dirai même qu’on dirait que cela les attire. Cet animal n’a plus de prédateur chez nous à part les chasseurs. Nous avons la chance d’avoir encore une société de chasse sur notre territoire. Sans eux ce ne serait encore plus catastrophique. Je le dis depuis presque 10 ans ne critiquons pas ceux qui s’adonnent à la chasse car demain sans leur régulation même si elle n’est pas suffisante nous seront obligés de faire appel à des mercenaires pour contenir la prolifération de ces bêtes qui font au moins 3 portées de plus de 5 petits tous les 2 ans et que ces petits ont une maturité sexuelle à 10 mois. L’augmentation de la population des sangliers est exponentielle.

En décembre le local de chasse de la Diane de Crosa été détruit par un incendie dont on ignore la cause mais personnellement je pense que c’est une cause accidentelle. Sans local de chasse pour se réunir puis traiter le gibier tué il n’y aura plus de société de chasse à Cros.

Aussi le conseil municipal du 13 janvier a accepté que la commune puisse, comme le local de chasse est situé sur un terrain communal, intervenir dans la reconstruction de ce local si la Diane de Cros en fait la demande afin que celui-ci réponde aux besoins des chasseurs et soit conforme à la loi.

Le deuxième est la présence des frelons asiatiques qui outre les risques qu’ils font courir à la population extermine les colonies d’abeilles et en cela mettent en péril la biodiversité de notre vallée, qui jusqu’à présent a été protégée.

Les services publics se sont désengagés de la destruction des nids de frelons et on a reporté leur destruction sur le propriétaire de l’arbre sur lequel le nid est accroché. Il revient donc au propriétaire de faire appel à une entreprise pour détruire le nid et bien sûr de payer l’intervention.

Ce transfert de responsabilité me paraît choquant car le propriétaire n’est en rien responsable et de ce fait il est très compréhensible que peu de propriétaire engageront des dépenses pour cela alors même que la destruction est d’intérêt général.

Aussi afin de ne pas voir proliférer chaque année ces frelons j’ai proposé au  Conseil Municipal qui l’a accepté que la destruction des nids de frelons asiatiques soit prise en charge par le budget communal à condition qu’ils soient sur la commune.

Ainsi, il suffira qu’une personne découvrant un nid vienne le signaler à la mairie et celle-ci s’occupera de trouver une entreprise pour le détruire et règlera la facture de celle-ci.

Enfin pour terminer et  répondre à celles et ceux qui m’ont questionné sur le fait qu’à cette cérémonie nous n’invitions pas comme beaucoup de maires le font, les  maires des communes voisines, les conseillers départementaux ou autre député. Si je ne les invite pas ce n’est pas par inimitié envers eux mais parce que je pense que cette cérémonie des vœux est un  moment comment dirai-je  « Familial » et donc il ne doit y avoir que la famille c’est à dire vous et vos élus municipaux.

Avant de partager la galette des rois dès maintenant je vous renouvelle au nom de toute l’équipe  municipale nos meilleurs vœux pour l’année qui commence.

Merci de m’avoir écouté

Le Maire Christian. Clavel

 

Texte du discours prononcé le 14 juillet 2019 par Christian Clavel lors de la cérémonie de célébration de la fête nationale.

Crousennes, Crousens, chers amis,

C’est avec un réel plaisir que le Conseil municipal et moi-même sommes heureux de vous accueillir une nouvelle fois dans cette mairie qui est la maison de tous.
Merci d’être une nouvelle fois venus si nombreux pour célébrer notre fête nationale. Bienvenue à celles et à ceux qui pour la première fois se sont déplacés ici à Cros pour partager avec nous cet instant festif certes, mais qui n’empêche nullement notre réflexion sur ce qu’est une communauté.
Que nous soyons Crousens de souche, d’adoption ou simplement de cœur nous prouvons par notre présence ici aujourd’hui notre attachement sans faille aux valeurs de la République.
En ce jour de fête nationale, nous sommes sous les drapeaux français et européen, près du Monument qui rend hommage à ceux qui sont tombés pour notre pays. C’est ici que, plusieurs fois par an, avec la même solennité et la même ferveur, nous nous réunissons pour effectuer ensemble ce devoir de mémoire.
Ce jour de fête nationale est celui des réjouissances et du bonheur, car dans notre histoire de France, c’est celui de la reconnaissance du droit des hommes de naître libres et égaux en droit. Pour nous tous, le 14 juillet est un jour de fête.
Nous sommes fiers de célébrer ce moment, car c’est grâce à ces principes que notre République porte le nom de patrie de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité.
Ces valeurs qui sont notre histoire, doivent être connues et comprises de tous afin de nous permettre d’aborder avec confiance le monde d’aujourd’hui.   Elles doivent également être transmises aux générations futures afin de leur donner les armes de la démocratie qui leur permettront de faire face aux défis qui les attendent pour maintenir la paix, dans ce monde secoué par tant de conflits.
En France, la Liberté va de soi et c’est une chance. Mais il est bon de rappeler, que cette liberté a été conquise au fil des siècles et qu’elle est le résultat d’une volonté commune.
Notre rassemblement aujourd’hui consacre la conviction partagée que la démocratie est un bien précieux qui doit être défendu avec une grande vigueur.
Le 14 juillet, c’est aussi une promesse d’égalité pour faire une société où les privilèges de naissance ne font pas le destin d’une vie et où quelques-uns ne décident pas pour tous. La Révolution avait pour objectif, avec l’abolition des privilèges, de voir naître une société plus juste et plus égalitaire. Le sens de l’histoire est d’aller toujours vers un mieux, vers un progrès. Mais vous le constatez chaque jour, il reste encore du chemin à parcourir dans ce domaine pour lutter contre les inégalités les discriminations et les injustices.
C’est en apprenant à respecter l’autre, chaque jour, dans notre village, dans notre vie quotidienne, que nous protégerons les valeurs de la République.
Ce 14 juillet nous rappelle également qu’il nous faut faire preuve de Fraternité pour une société apaisée, pour vivre ensemble, quel que soit notre âge, notre couleur de peau, notre religion,  notre origine sociale ou nos choix de vie. Essayons ensemble de faire en sorte que nos actes s’inscrivent dans une logique collective et non individualiste, sans porter de jugement hâtif sur les échecs et sans jalouser ceux qui réussissent et qui méritent notre reconnaissance. Chacun de nous est digne d’intérêt.
Il nous oblige à lutter contre l’intolérance et le repli sur soi, les aprioris et les préjugés, qui dans nos propres vies, ferment nos horizons, dénaturent notre société et vident de son sens cette belle notion de Fraternité.
C’est ensemble que nous réalisons, que nous bâtissons des projets pour l’avenir. Notre force ne peut être que collective.
Il est ainsi de notre responsabilité, à nous élus, de valoriser notre cadre de vie pour favoriser l’échange et le vivre ensemble qui définit la Fraternité.
Au-delà de ce temps de mémoire, essayons donc de traduire ces idéaux républicains ; de Liberté, d’Égalité et de Fraternité dans notre quotidien.
Transmettre, aux jeunes générations, les valeurs simples et naturelles que sont l’attachement profond et sincère à son pays,et le respect de l’autre est notre mission.
Soyons fidèles à tous ceux qui ont eu la force et le courage de défier l’arbitraire, l’oppression, la fatalité. À tous ceux qui ont conçu et signé ces textes fondateurs que sont les Constitutions, définissant un droit de l’État, et l’équilibre des pouvoirs, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.
Soyons fidèles à tous ceux qui ont bâti l’Europe, sur un idéal de paix et de concorde. Quand bien même cette Union ne serait pas parfaite, elle est indispensable. Elle est l’affaire de tous. Ensemble, aidons-la à vivre, à s’épanouir, à prospérer !
La fête Nationale doit être un jour de liesse, de communion au cours duquel nous fêtons la prise de la bastille et la fin des privilèges mais aussi  comme je le rappelais dans mon allocution de l’année dernière nous commémorons aussi  la fête de la Fédération qui a vu réuni  sur le champ de Mars à Paris  le roi, les députés ,le clergé et tout le peuple dans sa diversité, tous unis pour donner à la France un destin commun.
Que de réjouissances nous attendent, à partager, en famille, entre amis.  Tissons, forgeons, cette France qui réussit, cette France généreuse, conquérante, plurielle et unie, ouverte, vive et sereine, qui trouve sa juste place, dans le concert des nations.
Je vous souhaite, à toutes et tous, un merveilleux 14 juillet !
Vive la république et vive la France.

Le Maire de Cros, Christian Clavel

Texte du discours prononcé le 8 mai 2019 par Christian Clavel à l’occasion de la cérémonie de commémoration du 8 mai 1945.

Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

L’objet d’une commémoration c’est de nous obliger à plonger dans notre passé pour chercher ce qui peut nous servir pour notre avenir.
Les commémorations font appel à notre mémoire pour éclairer notre conscience et pour mieux préparer notre futur.
Il y a 74 ans à Berlin, l’Allemagne nazie signait sa capitulation. Cette victoire sur la barbarie  mettait un terme au plus grand drame que la France, l’Europe et le monde aient connu.
Les années passent, ceux qui ont vécu  cette date historique sont de moins en moins nombreux.  C’est pourquoi chaque année nous devons, pour eux mais surtout pour nous, pour nos enfants, prendre le temps de nous souvenir.
Il y a ces chiffres que nous ne devons pas oublier : plus de 60 millions de morts parmi lesquels 28 millions de civils, femmes, hommes et enfants tués, 68 pays ont été engagés dans le conflit. Cette guerre fut mondiale.
Cette guerre mondiale, ces massacres généralisés, ce génocide scientifiquement organisé, ne sont pas tombés du ciel.
Ils sont le résultat d’une volonté politique basée sur une idéologie : le nazisme.
Cette idéologie, incarnée par Hitler, avait une base : l’affirmation «d’une race» supérieure, et d’une catégorie de sous-hommes destinés à l’extermination ou à l’esclavage.
Pourtant en lui permettant  d’accéder au pouvoir en 1933, la grande majorité des Allemands n’imaginaient pas un instant que le parti nazi et son chef conduiraient vers l’enfer et la mort  60millions d’êtres humains.
Mesdames et Messieurs, 74 ans après la fin de la seconde guerre mondiale il semble que nous vivons à nouveau dans un monde en proie au chaos intellectuel et moral, dans un monde confronté à la résurgence des idéologies de la haine et défié par des fanatismes religieux qui tuent au nom de leur «vérité».
Dans ce monde où beaucoup trop de nos concitoyens se laissent attirer par des discours qui, sous couvert d’exaltation patriotique ou de ferveur religieuse, activent la peur de l’autre et le repli sur soi
, nous devons tout faire pour les en détourner et leur ouvrir les yeux.
Pour la liberté contre l’oppression,
Pour l’égalité contre les postulats différentialistes,
Pour la fraternité contre l’intolérance et le fanatisme,
Nous devons nous unir :
Contre le racisme et l’antisémitisme,
Contre la xénophobie et ces nouvelles formes de ségrégation raciale qui pullulent désormais sur les réseaux sociaux.
Le temps de crise, que nous connaissons depuis quelques années, nous le savons bien sont propices à l’individualisme et au rejet de l’autre
.
C’est pourquoi, aujourd’hui (devant ce monument érigé pour la mémoire), il est de notre devoir d’honorer ces femmes et ces hommes qui sont entrés en résistance et, même si nous ne nous acquitterons jamais tout à fait de notre dette à leur égard, faisons que leur sacrifice ne soit pas vain.
Pour cela, maintenons à distance la bête immonde, refusons la facilité, refusons de nous soumettre à la peur facile, combattons partout les ferments de la haine et de l’exclusion.
Souvenons-nous du message des pères de l’Europe.
Gardons bien présent à l’esprit que rodent encore certaines nostalgies, aux relents nauséabonds, que de nouveaux vents mauvais peuvent souffler sur nos pays.
Ceux qui prônent la force brutale et la violence, comme alternative au débat républicain, essaiment encore.
L’Europe la grande idée de l’après-guerre.
L’union des pays d’Europe c’est vraiment une grande idée car depuis toujours,  les états qui la composent se sont faits la guerre. L’Allemagne et la France n’auront jamais été si longtemps sans se battre, depuis le partage du royaume de Charlemagne il y a plus de 11 siècles (843).
C’est grandement grâce à cette grande idée que nous vivons depuis presque 3/4 de siècle en paix.
Aujourd’hui, en se construisant et en s’unissant, l’Europe est toujours en Paix et malgré ses défauts, elle assure cette paix. Que personne ne l’oublie jamais y compris à l’heure où il est plus facile de brocarder l’Union Européenne que de la défendre, à l’heure aussi où des conflits couvent tandis que des incendies terroristes s’allument qui peuvent, à tous moments, déboucher sur le pire.
Dans moins de 20 jours nous allons être appelés à élire nos représentants au parlement européen.
Je sais et je le regrette profondément que ce scrutin est très souvent boudé par les citoyens et c’est pour moi incompréhensible tant cette Europe nous a apporté.
je souhaite que tous les électeurs de Cros assument leur devoir.
Vous l’avez compris, pour moi, cette liberté que nous honorons aujourd’hui, c’est l’Europe. C’est ce lien fort entre des nations qui ne parlent pas la même langue, qui n’ont pas la même culture ou les mêmes traditions mais qui sont à la poursuite d’un objectif commun : la paix et la prospérité pour les populations.
Alors ne nous trompons pas dans le choix de nos représentants que nous ferons le 26 mai prochain.
En ce 8 mai 2019, donc, rappelons-nous que la Paix, la démocratie, les valeurs républicaines, le respect de l’autre, la tolérance, le progrès économique, social ou environnemental, sont des combats quotidiens. Et, qu’à aucun moment nous ne devons baisser la garde, ni relâcher notre vigilance.
Notre société a besoin de rassemblement, d’apaisement, d’unité et de laïcité car c’est elle qui permet d’éviter le communautarisme qui fait que nous sommes une nation unique, un peuple unique et non une addition de communautés.

Vive la République et vive la France.

Le Maire de Cros, Christian Clavel

Texte du discours prononcé le 11 novembre 2018 par Christian Clavel à l’occasion de la célébration du centenaire de l’armistice.

Mesdames et Messieurs, chers concitoyens, chers amis,

Aujourd’hui 11 novembre 2018, nous commémorons le centenaire de la victoire et de la paix retrouvée,  mais aussi ne l’oublions pas, le 11 novembre   nous rendons aussi hommage à « tous les morts pour la France » qu’ils soient civils ou militaires, qu’ils aient péri dans des conflits actuels ou des conflits anciens.
Tout d’abord je profiterai de cette occasion pour rappeler que commémorer cela signifie faire mémoire ensemble. Ce n’est pas un acte insignifiant, c’est un acte qui doit nous porter à réfléchir et de cette  réflexion, que  nous puissions tirer des leçons pour le présent et  l’avenir.
Aujourd’hui nous rendons  hommage à tous ceux qui se sont retrouvés avec une arme à la main pour protéger notre pays et ses idées.
Rendons  particulièrement hommage  à tous ceux qui ont leur nom gravé dans la pierre de notre monument aux morts.
Ayons une pensée pour toutes ces familles  endeuillées qui ont perdu un proche au nom de la France.
Aujourd’hui il y maintenant 100 ans jour pour jour le, 11 novembre 1918 à 11h, fut mis fin dans une clairière de la forêt de Compiègne, à un conflit qui fit plus de 18 millions de morts autant de civils que de soldats. 1,5 million pour la seule France soit plus de 4% de la population du pays.
Pas un village de France n’a été épargné.

Il y a quelques jours nous célébrions la Toussaint qui pour beaucoup d’entre-nous a été l’occasion de se recueillir sur les tombes de nos proches disparus.
Notre présence ici aujourd’hui nous permet d’étendre cette démarche à l’ensemble de nos concitoyens qui ont laissé leur vie, pour la plupart en pleine jeunesse, fauchés dans les combats pendant les heures les plus sombres de notre histoire. Leur vie pour notre pays et nos valeurs.
Je voudrai dire qu’il ne faut pas avoir honte de se souvenir.
Que ce n’est pas non plus tomber dans la nostalgie que de prendre le temps de se recueillir, devant ce monument où sont inscrit pour toujours les noms de ces Crousens arrachés  bien trop vite à leurs familles.
Ce n’est pas non plus perdre son temps que d’écouter comme nous le faisons  à chaque cérémonie commémorative célébrée sur la commune et comme nous le ferons une fois encore  tout à l’heure,  l’un d’entre nous faire lecture du nom de tous ces disparus.
Aux jeunes générations je voudrai dire que, les années passent, la mémoire c’est naturel s’estompe.
Mais prenons garde que les années n’effacent  le souvenir de ces périodes d’épreuves vécues par les générations les plus âgées.
Nous leur devons respect et reconnaissance. A travers eux, c’est l’histoire  de notre commune, de notre région, de notre pays. En un mot c’est notre Histoire.
Il faut et c’est essentiel que notre démarche du souvenir, serve aussi à ne pas refaire demain les erreurs faites hier.
N’oublions pas que dans l’esprit de  ceux qui y ont vécu cette terrible épreuve ce devait être la « Der des Der ».
Pourtant 20 ans après le  monde tout entier  bascula dans un nouveau conflit encore plus meurtrier et destructeur.
Soyons vigilants, notre époque nous semble paisible mais l’équilibre est précaire. Tout aussi instable que celui constaté avant chacune des 2 dernières grandes guerres. Soyons vigilants, alors que l’on voit surgir un peu partout dans le monde mais aussi et surtout près de chez nous dans cette Europe qui a tant de mal à se construire, l’égoïsme, l’individualisme et le rejet de l’autre.
Je suis convaincu qu’ il n’est donc pas vain de lier à ce souvenir de 14/18  les combats que nous devons mener chaque jour, même sur notre petit territoire communal,  pour combattre, sans relâche, ce qui peut diviser: l’indifférence, l’intolérance, la xénophobie , le racisme, et le repli sur soi.
Œuvrons tous ensemble afin que le retour à  la paix ne soit pas l’intervalle entre deux guerres mais le début d’une ère de paix éternelle.

Notre volonté à toujours œuvrer pour la paix, doit être à la hauteur du sacrifice de tous ces soldats morts pour la France.
Je terminerai en reprenant cette phrase dont j’ai malheureusement oublié l’auteur :
« Souvenons-nous que l’expérience de la vie aide un homme à se bâtir mais que l’expérience de l’histoire aide un peuple à se construire ».

 Vive la République, Vive la France, vive l’Europe.

Pour tous ceux, comme moi, qui n’ont pu y assister, vous trouverez ci-dessous le compte rendu du maire Christian Clavel.
“Nous avons fait la cérémonie à l’intérieur de la salle polyvalente.
Le ciel était aussi bas et l’atmosphère aussi humide qu’ils devaient l’être sur le front en 1918.
A 11h, heure de la signature de l’armistice le 11 novembre 1918 nous avons fait sonner la cloche du temple pendant 11 minutes, puis nous avons, en présence d’une quarantaine de personnes dont de nombreux enfants, fait lecture des 3 discours :
d’abord celui du maire,
puis lu par Marie-Anne le discours du Président de la République,
puis lu par Monique Deshayes le message de l’UFAC (Anciens combattants).
A la suite Mado a fait la lecture du nom des Crousens morts pendant la première guerre.
Cette fois, nous avons enrichi cette lecture en précisant pour chaque nom les éléments suivants:
– l’endroit où ils sont morts,
– leur lieu de naissance,
– leur âge et leur profession.
A mon avis cela met plus d’humanité dans cette lecture et force et de reconnaitre que quand on entend que la plupart d’entre eux avaient moins de 25 ans cela fait une autre impression que la seule lecture des noms.
Puis nous sommes sortie malgré la pluie (on devait au moins cela aux poilus qui ont passés plusieurs années dans la boue et le froid des tranchées).
Nous n’avons pas reculé (comme Trump à cause de la pluie) pour fleurir le monument au mort. C’est le petit fils de Mme et M. Comestri (7 ans) qui a déposé le bouquet de fleurs sur le monument aux morts.
Puis minute de silence et apéritif républicain.
Tout le monde avait l’air satisfait de se trouver là mais moi je suis encore déçu de constater le nombre d’absents. A 13h30 j’ai fermé la mairie toujours sous la pluie.”

Texte du discours prononcé le 14 juillet 2018 par Christian Clavel à l’occasion de la célébration de la Fête Nationale.

Mesdames et Messieurs, chers concitoyens, chers amis,

Nous pouvons nous réjouir de nous trouver, en ce 14 juillet 2018,  une nouvelle fois réunis, au pied du Drapeau Français, devant le Monument érigé pour que la mémoire de ceux qui ont donné leur vie, pour notre liberté, ne tombe  à jamais dans l’oubli.

Au risque d’en lasser certains, je voudrai rappeler l’histoire et le sens de cette date du 14 juillet  que nous célébrons aujourd’hui.

En effet même si dans l’esprit de beaucoup,  le 14 juillet c’est la prise de La Bastille en 1789 , symbole du pouvoir monarchique, c’est en fait l’événement survenu juste un an plus tard le 14 juillet 1790 qui a été ont choisi comme jour de fête nationale. Oui il me plaît de savoir que c’est la fête de la Fédération qui s’est déroulée à Paris sur le champ de Mars le 14 juillet 1790 que les élus de la 3° république ont voulu en 1880, choisir comme fête nationale.

A noter me direz-vous, qu’on peut se tromper d’événement puisque  presque un siècle s’est écoulé,  entre l’événement commémoré et la décision de faire, de son anniversaire la journée de Fête Nationale.

Cela doit nous rappeler que les idées défendues par les philosophes des lumières, qui militaient pour l’égalité de tous devant la loi et énonçaient un certain nombre de libertés fondamentales, ne se sont pas imposées aussi rapidement et naturellement qu’un rapide survol de nos livres d’histoires pourraient le laisser penser.

Mais comme je le disais il me plaît de penser que ce choix entre deux dates si emblématiques n’est pas anodin, et s’ils n’ont pas choisi comme fête nationale la prise de La Bastille,  c’est qu’ils souhaitaient que cette fête soit le symbole de toute une nation unie. Ils n’ont donc pas choisi  un jour de révolte, de brutalité et de déchirement mais au contraire ce qu’ils voulaient comme fête nationale c’est un jour de rassemblement, d’union et de cohésion nationale et quoi de mieux que cette journée de la Fédération qui avait vu réuni en un même lieu le roi Luis XVI, Talleyrand évêque d’Autun, Lafayette,  les députés, le clergé, et surtout le peuple, tous unis et d’accord, au moins apparemment, pour donner à la France un destin commun.

Pourquoi diable dans l’esprit de beaucoup c’est le jour de violence, de haine ou de rancœur que  nos concitoyens croient célébrer. Peut-être est-ce parce que  l’école de la république a longtemps enseigné l’histoire à travers des batailles et des conquêtes. Ou peut-être, par crainte  de voir ressurgir un monde ancien, elle a voulu ou simplement laisser ancrer dans nos esprits que tout commence par la révolution.

Je pense que sur ce point elle à tort. Les moments forts de notre histoire, hier comme aujourd’hui et encore plus demain ont été, sont, ou seront  les moments où tous les françaises et les français sont  unis dans la paix et dans le désir de se projeter dans un avenir commun. Ce sont ces moments qu’il faut montrer en exemple et  ce sont eux bien plus que les guerres et les disputent qui ont fait avancer sur le long terme nos sociétés.

Nous sommes donc aujourd’hui rassemblés pour célébrer la concorde nationale.

Merci donc d’être venu si nombreux, une nouvelle fois pour célébrer ce moment fort de notre démocratie.

« Liberté, Egalité, Fraternité »  Devise inscrite sur le fronton de toutes les mairies du Pays, mais qui manquait sur celle de Cros, devise qui fait honneur à la France, et  que beaucoup à travers le monde souhaitent faire sienne. Elle doit être la rampe de nos actions et de nos comportements de chaque jour.

3 mots :

Liberté : La liberté a été définie dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du citoyen en 1789 comme
« consistant à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui …. ».

Un mot qui n’apparait dans toute sa splendeur que lorsque les réalités qu’il recouvre disparaissent.

Et à ce moment-là il est souvent trop tard.

Egalité : La recherche d’une plus grande Égalité a été le rêve de tous les êtres épris de Justice, une égalité qui n’est pas synonyme d’uniformité, mais qui signifie la possibilité pour chacun de s’affirmer avec les mêmes chances que l’autre.

Ces 2 mots sont si importants que : L’article 1° de la déclaration des droits de l’homme celle de 1789  comme celle de 1948 à la tribune des nations unies, l’affirme

« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

Mais le 3° mot, considéré souvent comme moins important peut-être parce que  alors que les 2 premiers s’appliquent à l’individu donc à nous même,  le 3° à rapport aux autres et à la vie ensemble.

Fraternité, donc,  mot qui aujourd’hui paraît à tort un peu désuet qui  recouvre  pourtant une obligation morale : c’est l’amour de l’autre, l’acceptation de ses idées, la haine du sectarisme, le droit à la différence, le refus de l’intolérance, le rejet des intégrismes, la dénonciation des égoïsmes.

Tout ce qui nous permet de vivre ensemble en bonne harmonie

L’esprit de fraternité sous sa forme moderne c’est la solidarité qui anime les associations, les bénévoles, l’élan de partage et d’implication d’un groupe de personnes unies dans un intérêt commun. Cela devrait être simple dans nos petites communautés rurales. Et pourtant….

En ces temps qui résonnent d’intégrisme, d’intolérance, de violences, d’égoïsme, célébrer le 14 juillet est donc l’occasion de réaffirmer notre attachement aux valeurs de 1790. Ces  valeurs reprises dans notre devise qui sont un bien d’autant plus précieux qu’elles restent rares et que nul ne peut affirmer qu’elles nous sont  à jamais acquises.

Alors pour ne pas risquer de tout perdre, surtout dans notre petit village Unissons nos forces et notre énergie.

Œuvrons pour les défendre,

Transmettons à nos enfants nos valeurs :

Vive la Liberté !

Vive l’Egalité !

Vive la Fraternité !

Merci de m’avoir écouté,

Le maire de Cros, Christian.Clavel

Texte du discours prononcé le 8 mai 2018 par Christian Clavel à l’occasion de la commémoration du 8 mai 1945.

         Mesdames et Messieurs bienvenue,

Le 8 mai 1945. Ce jour là prenait fin, en Europe, la guerre la plus meurtrière de l’histoire de l’Humanité. Plus de 50 millions de morts dont la moitié de civil ont péri au cours de ce conflit.
Le 8 mai 45 c’est la victoire des valeurs démocratiques et humanistes sur une idéologie raciste et criminelle. Nous le devons à ces hommes et ces femmes qui ont accepté que leur destin individuel s’efface devant le destin collectif de la France et celui de l’humanité toute entière.
Ce 8 mai 2018, nous venons nous recueillir afin de rendre hommage, aujourd’hui 73 ans après sur le parvis de la maison commune au pied de ce monument aux morts où sont inscrits le nom des enfants de Cros qui ont donné leur vie pour la France et pour nous.
Par votre présence, ici, aujourd’hui, vous maintenez vivants la grandeur de leur engagement et de leur sacrifice. Cette cérémonie empreinte d’émotion doit nous conduire à réfléchir au sens des mots Patrie, Honneur, Sacrifice mais aussi et, surtout à mon sens, doit nous conduire aujourd’hui à réfléchir à l’attitude personnelle que souvent nous avons, plaçant notre petite personne ou nos intérêts parfois mesquins en un mot à nos égoïsmes, avant l’intérêt commun.
Nous avons tous fait le choix de vivre ou de venir vivre sur ce territoire de Cros, dans cette petite communauté où les voisins ne sont pas des inconnus où la solidarité et le respect de l’autre doit être la base des relations et où nous nous devons de comprendre que si nous voulons préserver notre façon de vivre nous devons jouer Collectif. Ce n’est pas toujours le cas, nous pouvons le constater quasiment chaque jour et permettez moi de dire, que je le regrette sincèrement. Aujourd’hui abandonnés à nos égoïsme nous avons l’obligation de penser à tous ceux qui se sont sacrifiés pour que nous puissions vivre dans une France en paix. Ne gâchons pas cette période exceptionnelle de 73 ans sans guerre en nous repliant sur notre propre personne et nos petits intérêts. Nous avancerons et nous donnerons à nos enfants un pays et un monde encore meilleur que celui dont nous avons hérité, si nous comprenons que l’autre où qu’il soit et d’où qu’il soit aussi différent soit-il n’est pas un ennemi ni un concurrent mais un partenaire dans la partie que nous jouons et dont l’enjeu est l’avenir de tous.
Vivre en paix, je suis sûr que c’est notre volonté à tous, mais cette paix elle suppose la tolérance, la volonté d’unité et un désir farouche de solidarité en tous lieux en tous domaines et d’abord naturellement autour de nous.
En commémorant ce 8 mai 1945, et en rendant hommage aux victimes de ce conflit, qui ont permis cette victoire de la liberté, nous pouvons mesurer la chance qui est la nôtre. Mais chaque génération a ses devoirs, aujourd’hui c’est à nous qu’appartient la charge de conserver cet état de Paix.
Pour cela nous devons obstinément :
– construire un monde plus fraternel et plus solidaire,
– refuser le racisme, la xénophobie et l’intégrisme de toutes nos forces,
– nous battre pour que les droits de l’homme soient la règle partout.
Aujourd’hui c’est à nous d’agir et je crains que cela ne soit pas simple, ce doit être un combat de chaque jour.
Merci de votre attention

Texte du discours prononcé le 20 janvier 2018 par Christian Clavel à l’occasion de la cérémonie des vœux.

         Mesdames et Messieurs bienvenue.,

Les élus et moi-même sommes très heureux que vous ayez répondu si nombreux à l’invitation du Conseil Municipal pour cette maintenant traditionnelle cérémonie des vœux.

C’est un réel plaisir de vous accueillir dans cette salle polyvalente et permettez-moi de vous souhaiter tout de suite une bonne et heureuse année.

        Que 2018 vous apporte   bonheur,   réussite et   bonne santé.

  Il y a même pas 2 ans que vous avez choisi de me confier les rênes de la commune, 2 ans  pendant lesquels l’équipe municipale a essayé de donner un nouvel élan, d’établir de nouvelles relations avec la population et  de préparer l’avenir de Cros.

Beaucoup de choses ont été faites beaucoup restent encore à réaliser,  nous le verrons tout à l’heure.

Mais on avance sans état d’âme car nous n’avons pas beaucoup de temps jusqu’à la fin du mandat que vous nous avez confié.

Sachez que tout ce travail n’a pu être fait que parce que l’ensemble du Conseil municipal que j’ai l’honneur et le plaisir de présider a su se mobiliser, chaque jour avec comme préoccupation unique l’intérêt général. Je les remercie  toutes et tous pour le travail qu’ils ont réalisé et l’appui qu’ils m’ont apporté cette année encore.

Pourvu que ça dure…..

Tout cela n’a pu être fait sans le travail et la disponibilité du personnel communal a qui je veux rendre justice, car parfois décrié et les remercier tous.

Sans eux rien ne serait possible.

Je ne peux oublier  dans la réussite de nos actions les services de la Préfecture , de la Sous-Préfecture, du Conseil Départemental, de  l’Agence de l’Eau, de la trésorerie de Saint Hippolyte du Fort et j’en oublie qu’ils veuillent bien m’excuser, mais je n’oublie pas la CCPC avec qui les relations sont encore du type « je t’aime moi non plus », mais qui s’améliorent chaque jour un peu. Nous le verrons après dans ce que nous avons pu faire ensemble.

Sachez  dès à présent que nous n’avons pas encore réussi à intégrer le conseil communautaire, mais Cros est une des communes qui est la plus présente dans les diverses commissions de la CC, là où se prépare les décisions et cela encore une fois grâce à l’investissement de chaque membre du Conseil Municipal . Si nous ne pouvons toujours pas voter au bureau communautaire,  nous participons pleinement à la préparation des décisions dans les commissions.

Sachez également que je suis convoqué lundi 22 janvier par le secrétaire général de la Préfecture à Nimes afin de trouver une solution au problème de notre représentation à l’organe délibérant de la CCPC.

Mais ma position est claire « c’est au Conseil Municipal de Cros de choisir son représentant à la CC et à personne d’autre ».

Ce n’est pas gagné mais ce n’est pas négociable.

Enfin je ne peux pas oublier de remercier toutes celles et tous ceux qui membres d’une des nombreuses associations permettent aux village de vivre et aux habitants de se rencontrer.

Je le disais l’année dernière  la cérémonie des vœux est un exercice périlleux pour le maire.

Il faut pourtant le faire car il s’inscrit  dans un souci de démocratie et de transparence.

C’est le moment où les élus  rendent compte à la population des engagements  pris l’année précédente et au cours duquel ils annoncent leurs ambitions pour l’année nouvelle.

Certes tout au long de l’année vous pouvez suivre ce qui se passe ou qui se prépare sur la commune, aussi bien par le Crousen chaque trimestre que par le site Internet de la commune mis à jour en permanence et que je vous invite à consulter fréquemment.

Cette information continue nous la devons à Patrick Nobileau qui cumule les fonctions de président du comité de lecture, de rédacteur en chef, de metteur en page et même d’éditeur et bien d’autres encore, à la fois pour le Crousen et pour le site Internet.

Sans lui ce lien entre les élus et les habitants n’existerait plus.

Je veux le remercier pour son engagement fait  un peu au détriment de sa vie familiale.

Je vous invite à aller surfer sur ce site, enfin quand Orange veut bien faire fonctionner Internet, il a subit au début 2018 d’un important lifting pour le rendre plus facile, vous y trouverez plein d’informations en temps réel.

Je sais également que vous  êtes attachés au Crousen , ce petit journal municipal  car dès que nous avons un peu de retard dans la parution , souvent de ma faute car je n’ai pas remis à temps ma copie, vous venez le réclamer. Il faut donc qu’il vive et je renouvelle mon appel :

«  ce journal est votre journal vous pouvez y publier ce que vous souhaitez à la condition que ce ne soit pas à caractère commercial et bien sûr dans le respect de l’autre ».

Mais ce qui serait encore plus pratique c’est que nous ayons  vos adresses mail, nous en avons déjà quelques-unes, par ce moyen on pourrait tenir informé un maximum d’habitants en quasi direct. Laissez-les à Patrick il en fera bon usage.

Pour nous ce serait un moyen  très pratique et très rapide de vous joindre.

Donc une partie de ce que je vais vous présenter ce soir est certainement déjà connu de vous mais aujourd’hui vous aurez droit à une version complète de ce qui a occupé les élus au cours de l’année passée.

Avant de vous présenter notre action de 2017,  puis,  ce que nous allons faire en 2018, je voudrai rappeler quand même le contexte dans lequel se débattent les petite communes rurales.

Vous le savez tous, mais cela n’empêche pas de le dire encore, réaliser un budget communal est de plus en plus difficile. Les obligations demandées aux communes sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus chères à mettre en œuvre.

Or les impôts locaux ne peuvent être augmentés indéfiniment.

«En même temps»,  comme dirait le Président de la République, les dotations de l’Etat, et des financeurs historiques des communes se réduisent sensiblement chaque année.

Par ailleurs obtenir des subventions pour réaliser les projets indispensables, ou imposés, demande un travail de plus en plus long et de plus en plus compliqué.

Je suis malheureusement convaincu que les dotations ou les subventions d’où qu’elles viennent continueront à se réduire. Et donc attendre comme le préconisait certains pour réaliser les projets structurants comme l’eau, la voirie, l’assainissement, c’est s’exposer à ce que  la part à payer par la commune, donc par nous, soit plus importante si nous les faisons plus tard, qu’elle ne pourrait l’être aujourd’hui.

C’est pourquoi le conseil municipal s’est engagé sur un programme ambitieux jusqu’en 2020, et peut être au-delà.

Dans ce paysage un peu morose il est à remarquer qu’une bonne nouvelle est venue clore l’année 2017 c’est le report à 2026 du transfert obligatoire de l’eau et de l’assainissement à la communauté de communes initialement prévu au 1° janvier 2020 .

Nous étions tous convaincus que pour notre commune, ce transfert s’il était réalisé, s’accompagnerait inexorablement d’un service de moins bonne qualité et d’une forte augmentation du prix de l’eau et de l’assainissement.

Une bataille a été gagnée mais pas la guerre. Il faut donc continuer à mettre la pression sur nos grands élus afin qu’ils votent une loi durable au-delà de 2026, permettant à chaque commune de choisir si elle veut ou non garder la gestion de l’eau et de l’assainissement.

C’est elle qui doit choisir ce qui est meilleur pour ses habitants. Personne d’autre n’est mieux placé qu’elle et surtout pas un technocrate ou  un grand élu qui n’a jamais vécu dans une commune rurale.

Il est à noter que notre nouveau député Olivier Gaillard, s’est engagé fortement à l’Assemblée Nationale pour que ce report ait lieu. Je le remercie de n’avoir pas changé d’avis en devenant député. Il  était opposé à ce transfert lorsqu’il présidait la CCPC.

La mauvaise nouvelle de l’année 2018 que je me dois de vous donner c’est l’apparition d’une nouvelle taxe que nous allons payer dès cette année.

Je tiens à préciser que ce n’est pas la commune qui lève cet impôt nouveau mais la communauté de commune qui y est contrainte.

Vous allez voir apparaître sur vos feuilles d’impôts locaux (TH, TFB et TFNB) une taxe supplémentaire appelé GEMAPI.

Elle est la conséquence de l’attribution à la communauté de commune de la GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations qui étaient jusqu’à présent financée par un peu tout le monde (l’Etat, le département les régions, les communes).

Je voudrai croire que cette taxe nouvelle sera compensée par une baisse des impôts de l’état, du département, de la région qui n’ayant plus de dépenses devraient réduire leurs recettes, mais je pense que c’est un peu rêver….

Pour notre part la somme que la commune dépensait chaque année pour les actions correspondant à la GEMAPI, sera intégralement versée à la CCPC, cela aura pour conséquence de baisser le montant de cette nouvelle taxe que les contribuables devront payer.

Malgré ce contexte difficile, ni en 2016, ni en 2017 le conseil municipal de Cros n’a souhaité augmenter les taux des impôts locaux, les seuls qui sont définis par la commune. Je proposerai au Conseil municipal de faire pareil pour  2018 et donc de maintenir les taux actuels et cela malgré les investissements à réaliser.

Une gestion rigoureuse devrait permettre de passer une année encore sans augmentation.

2016 avait été l’année de la prise en charge des affaires de la commune et du règlement du contentieux concernant l’affaire de l’eau.

Nous avions également commencé à présenter des nouveaux  projets ou à modifier ceux qui étaient lancés comme l’accessibilité à la mairie ou au temple, car ils nous semblaient ne pas correspondre à ce qu’il fallait pour Cros et qu’il y avait mieux à faire.

2017 a donc été la première année au cours de laquelle on a vu se réaliser les projets portés par l’actuelle municipalité.

Nous allons vous présenter dans un instant sous forme d’un tableau annuel l’année 2017. Cela nous a paru plus simple et plus digeste qu’un long exposé.

Mais d’abord que retenir de cette année sur la commune?

Le premier point marquant ça a été et cela dès le 1° janvier 2017, le problème du réseau téléphonique Orange qui a perturbé la vie de tous pendant presque 9 mois et qui a monopolisé l’énergie et la patience de Patrick Nobileau quasiment toutes les semaines afin de faire prendre conscience à Orange de l’état de vétusté de son réseau sur la commune et de l’inefficacité de certains de ses sous-traitants.

Un travail en profondeur, des réunions avec les divers acteurs, et enfin une réunion conclusive avec Orange, ses sous-traitants, et la mairie a permis d’une part d’améliorer très sensiblement la qualité et la robustesse du réseau téléphonique  et en plus une indemnisation des abonnés  qui avaient été touchés par ces dysfonctionnements. Force est de reconnaître que si ce n’est pas parfait pour tout le monde le service téléphonique fixe s’est sérieusement améliorer pour la grande majorité des habitants.

Nous surveillons toujours ce que fait Orange et ses sous-traitants mais nous nous « attaquons » maintenant à SFR afin que le relais de Bantarde, qui permet la couverture en téléphonie mobile de la commune quelque soit l’opérateur  soit entretenu de façon constante et soit plus robuste  afin d’éviter ces ruptures de réseau qui nous embêtent tous si souvent.

Reste le problème d’Internet, indispensable pour beaucoup, les particuliers, l’activité économique ou la mairie.

Il ne fonctionnait globalement pas trop mal depuis quelques temps mais voilà depuis jeudi c’est de nouveau la Galère. Un moment c’est correct et à d’autres moments ça « mouline ». C’est insupportable. Il est temps que la fibre optique arrive à Cros, car le réseau actuel est totalement obsolète.

Sur ce sujet lors de sa venue à la mairie avec notre nouveau député, le 16 novembre 2017, Mme Laurent Pérrigaud notre conseillère départementale et VP du département nous a avisé que dans le cadre du grand projet conduit par le département Cros aurait la fibre optique avant fin 2019.

Compte tenu des problèmes constatés à Cros nous nous activons pour faire accélérer ce programme. Mais c’est vrai que de très nombreuses communes sont dans notre cas et parfois pire puisque non encore desservi par Internet.

L’autre point marquant de 2017, encore plus important

Pour ma part cela ne fait aucun doute c’est la sècheresse extrême que nous avons subie.
Quasiment 8 mois sans pluie. Des sources asséchées pour la première fois. (Voir photos).

 

Un Vidourle anormalement bas. Même pendant l’automne. Des mesures ont dû être prises afin que le manque d’eau soit le moins ressenti par les habitants.

Comme des fermetures partielles ou totales du réseau du mas de Bourguet chaque nuit pendant plusieurs jours, la fermeture 24h du réseau de La Rouvière pour reconstituer les niveaux d’eau. Je sais que cela n’ pas été agréable mais c’était la moins mauvaise solution pour que chacun ait de l’eau au cours de la journée.

La mauvaise qualité de nos réseaux pour certains – de 20% de rendement et  la faiblesse de nos ressources me préoccupent beaucoup.

Si l’hiver et le printemps ne sont pas fortement pluvieux je suis très,  mais vraiment très inquiet pour la saison d’été 2018, car les travaux très importants que nous allons engager ne deviendront réellement opérationnels qu’à  l’automne 2018.

Je ne peux que vous demandez d’être économe dans votre consommation d’eau et de prévoir le remplissage des piscines très tôt dans la saison.

Donc comme je le disais précédemment nous allons vous présenter sous forme de tableau ce qui a été réalisé ou ce qui s’est passé en 2017. Ce n’est pas un inventaire exhaustif loin de là, mais cela permet de se rendre compte de ce qui s’est fait.

Comme je parle trop et que je ne voudrai pas que cela vous fasse croire qu’il y a que moi qui travaille ce qui serait franchement faux, je laisserai à Marie Anne le plaisir de vous faire le bilan de l’année culturelle et de vous présenter le programme de 2018 et pour ma part je reviendrai pour les sujets plus techniques.

Vous constaterez qu’à Cros les occasions de se divertir, de se cultiver, de se souvenir ou tout simplement de se retrouver sont très fréquentes quasiment une fois par mois au moins il se passe quelque chose à Cros. Et la création d’une nouvelle association « écoute et regard » a permis de prolonger la saison culturelle tout au long de l’année. Merci encore à tous ceux qui s’impliquent dans ces actions.

Le tableau ci-dessous résume les principales manifestations organisées à Cros en 2017.

Le tableau ci-dessous présente les principales manifestations prévues à Cros en 2018.

Le tableau ci-dessous résume les principaux travaux réalisés en 2017 pour un total de 289 000 €.

Le tableau ci-dessous liste les principaux travaux prévus en 2018 pour un total estimé à 1 020 000 € dont 745 000 € de subventions obtenues.

J’ai parlé beaucoup, je pense avoir pu vous montrer que la confiance que vous avez mise en cette équipe municipale a été bien placée. Tout n’est pas parfait bien sûr mais  nous respectons nos engagements malgré les difficultés.

Quelques points encore non résolus et qui me tiennent à cœur :

Le premier est de notre ressort au Conseil Municipal c’est pouvoir améliorer sensiblement nos dispositifs de traitement de l’eau installés en 2014 et qui ont un fonctionnement erratique.

Pour les deux autres j’ai besoin de vous.

Il s’agit du témoignage de votre attachement à la commune. Vous savez que beaucoup de « ceux qui savent »  manœuvrent  afin que nos petites collectivités disparaissent pour diverses raisons dont beaucoup ne sont pas avérées.

Outre les arguments économiques qui sont d’ailleurs discutables il y a un argument comme quoi  les habitants n’ont plus envie de se retrouver la preuve en est donnée par  les très faibles participations aux diverses cérémonies organisées au cours de l’année.

N’oubliez pas que les manifestations de masse sont la preuve de vitalité d’une collectivité et de la volonté des habitants de la conserver. J’espère donc que 2018 nous permettra de nous retrouver en grand nombre à chaque manifestation qu’elles soient organisées par la mairie ou par l’une des associations.

Enfin, l’autre point c’est l’évolution de notre éclairage public. Il est ancien, de mauvaise qualité et très énergivore. A une époque où la réduction des dépenses communales mais aussi et surtout la recherche d’une réduction de la pollution lumineuse qui perturbe les animaux sauvages et empêche nos enfants de regarder le ciel étoilé qu’on ne voit déjà plus depuis longtemps dans les villes sur-éclairées, je souhaiterai que nous ayons une réflexion collective sur ce que nous attendons de cet éclairage public.

J’ai au cours de mes rencontres questionné certains d’entre vous et là surprise!

Autant sur l’eau  ou  les chemins il y a un consensus total sur ce qu’il faut faire autant sur l’éclairage public les avis divergent.

Alors entre ceux qui au nom du modernisme, de la sécurité voudraient que la nuit soit pareille que le jour et ceux qui au nom de la vie sauvage, de la chance que nous avons de pouvoir encore admirer et faire admirer à nos enfants petits enfants ou amis qui résident en ville la beauté d’un ciel étoilé Il y a certainement un équilibre à trouver.

C’est pourquoi j’ai demandé à Cédric Deshons et à Monique Deshayes qu’un questionnaire vous soit adressé dans les semaines qui viennent afin que dans notre réflexion nous puissions prendre en compte ce que vous attendez de l’éclairage public.

Je vous demande donc de prendre lorsque vous recevrez ce questionnaire 5 ou 10mn pour le remplir et nous le retourner à la mairie.

L’éclairage public est un investissement lourd fait pour durer des dizaines d’années

Il vaut mieux ne pas se tromper.

Aujourd’hui, nous pouvons bénéficier de subventions allouées par le Parc National de Cévennes dont la commune fait partie et par le Syndicat d’électrification du Gard pour refondre notre éclairage public. Cela à condition que notre projet soit conforme aux critères exigés par le PNC et qu’il soit économe en énergie. Je compte sur vous pour nous aider à définir ce qu’il y a de mieux pour Cros.

Je vous remercie de m’avoir patiemment écouté, Il est temps de me taire mais avant, encore une fois veuillez accepter les meilleurs vœux de vos élus,que cette année vous apporte bonheur réussite et vous conserve la santé.

Je vous invite maintenant à partager le verre de l’amitié et la galette des rois qui ont été préparés comme d’habitude par Mado.

Le maire C.Clavel

Texte du discours prononcé le 11 novembre 2017 à Cros par Christian Clavel à l’occasion de la cérémonie de commémoration du 99ème anniversaire de l’armistice qui mit fin à la première guerre mondiale.

Mesdames et Messieurs,

Je me réjouis tout d’abord de votre présence ici aujourd’hui afin que, rassemblés devant le Monument aux Morts de notre commune, nous témoignions une nouvelle fois de l’intérêt que nous attachons à notre devoir de mémoire.
Comme partout en France, dans chaque ville et dans chaque village nous sommes là pour ne pas oublier pourquoi ceux dont le nom est inscrit sur ce monument se sont sacrifiés.
Pourquoi l’orgueil, la cupidité et la volonté de dominer ont conduit à tant de malheur pour les populations. Peu de familles d’un côté comme de l’autre ont été épargnées.
Avant que ne vous soient délivrés, les messages officiels, je voudrais vous dire combien il est essentiel que soit perpétuée cette commémoration au cours de laquelle sont notamment évoquées les horreurs de la guerre, pour nous rappeler notre bonheur de vivre en paix.
Nous sommes rassemblés aujourd’hui pour nous souvenir de ces années de guerre faites de douleur, de larmes et de drames quotidiens. L’armistice du 11 novembre 1918 met un terme à l’une des plus grandes tragédies de notre histoire. Ce 11° jour du 11° mois à 11 heures il y a donc exactement 99 ans, a été signé la fin des combats. Les rires et les cris de joie remplacèrent comme par magie les tirs des fusils et les coups de canon. Le bonheur et la joie balayèrent la peur et le désespoir.
Mais cette joie immense de la victoire était mêlée d’un profond sentiment de tristesse. La France pleurait ses morts et accueillait de nombreux blessés et invalides. Jamais, le monde n’avait connu une guerre plus meurtrière. Notre commune de Cros, elle-même a payé un lourd tribut à celle que l’on pensait être la der des ders.
Personne ne pensait à ce moment-là que 20 ans plus tard à nouveau la folie des hommes les entraînerait dans un nouveau malheur.
La grande erreur serait de penser que même si depuis plus de 70 ans notre sol n’a plus connu la guerre, souvenons-nous que la paix n’est jamais définitivement acquise et que nous devons tous à notre place veiller à ce que rien ne puisse venir la troubler.
Avant de conclure, je voudrai rappeler également que depuis la loi du 28 février 2012, le 11 novembre est aussi la journée de la commémoration de tous les morts pour la France.
Il est important que la population française honore aussi la mémoire de ses soldats qui ont perdu la vie hors de ses frontières, au nom des idéaux de Liberté et de Démocratie que porte notre Pays, patrie des droits de l’homme, et qu’ils ont contribué à défendre avec courage et abnégation.
Au-delà de cette lointaine époque tragique, célébrée dans tout le pays, nous adressons, aujourd’hui, nous ici ensemble, un message de paix, en particulier aux jeunes générations.
A cet égard, si modeste soit-il, notre rassemblement d’aujourd’hui participe, sans haine ni oubli, à exprimer, depuis l’échelon le plus petit de notre République, notre volonté de vivre ensemble, avec nos valeurs et en paix.

Vive la république et vive la France !

Lucile Randon, la doyenne – Musique d’une vie

lucille

11 février 1904, naissance de Lucile et de sa sœur jumelle Lydie
(dernières d’une fratrie de 5 : André, Lucien et Pierre, décédé à 18 ans d’une grippe espagnole)
. Août 1905 : décès de sa sæur Lydie, suite à une pneumonie
. 1904-1922 : fait ses études à Alès
. 1922-1923 : réside à Oudan, chez son frère André
. 1923-1924 : retour sur Alès
. 1924-1928 : travaille 4 ans chez un docteur à Marseille
. 1928-1930 : gouvernante dans la famille Peugeot
. 1930-1944 : gouvernante dans la famille Borionne (industriel) à Paris puis en Ardèche
. 1944-1945 : part de l’Ardèche en bicyclette rejoindre son frère André à Marseille ; puis retour sur Paris (pas en vélo) et rentre au séminaire, rue du Bac.
. 1944-1973 : entre dans les ordres Saint Vincent de Paul, sous le nom Sœur André (en hommage à son frère André) ; active à l’hôpital de Vichy où elle s’occupe des orphelins.
. 1973-1978 : maison de la Baume-d’Hostun où elle veille la nuit les malades cancéreux
. 1979-2000 : retraite dans une maison de l’ordre St Vincent de Paul (aux Marches, en Savoie)
. 2000-…. : réside à Toulon, à l’Ehpad Saint Catherine Labouré (suite à la fermeture de la ma
ison des Marches).

Texte du discours prononcé le 8 mai 2017 à Cros par Christian Clavel à l’occasion de la cérémonie de commémoration de la fin de la seconde guerre mondiale.

Chères Crousennes, Chers Crousens, Chers amis.

Nous sommes une nouvelle fois réunis au pied de ce monument aux morts pour célébrer l’armistice du 8 mai 1945.
Ce jour-là, après une trop longue période d’incertitude et de malheur, les Françaises et les Français se projetaient vers un futur qu’ils voulaient meilleur.
Avant de vous inviter à écouter les messages officiels, je ne peux passer sous silence l’événement majeur qui s’est produit hier et pour lequel nous avons, à l’échelle de notre petite commune contribué dans la quasi même proportion que le pays tout entier.
Les françaises et les Français se sont choisi un nouveau chef de l’Etat.
Cet événement est lui aussi, à mon sens et sans aucun jugement politique, une opportunité de remettre, en commun, le pays en route vers un avenir meilleur pour tous.
Il est jeune c’est sûr, inexpérimenté peut-être, mais il est volontaire, innovant, et efficace au vu de son parcours personnel.
Pour le vieux pays qu’est la France, c’est déjà une révolution que de faire, en temps de paix, enfin confiance à la jeunesse.
Mais ne soyons pas dupes des résultats exceptionnels qui sont sortis du scrutin de hier.
Ce président va avoir fort à faire pour rassurer, rassembler, convaincre le peuple de France.
Il va lui falloir beaucoup d’énergie et de force de conviction pour faire vivre ensemble un peuple qui manifestement et nous l’avons vu au premier tour de l’élection présidentielle, a la tentation de se diviser.
Quelle que soit notre sensibilité, soyez convaincu que notre intérêt est qu’il réussisse pour nous, pour nos enfants, pour le pays.
En ce jour du 8 mai 2017, je ne peux que souhaiter que la période qui débute aujourd’hui vous apporte la paix, la prospérité, la sérénité, le goût et l’envie de vivre ensemble auquel vous le savez, je suis si attaché.
Afin que vive Cros que vive la République, et que vive la France. MERCI

Je vous invite à écouter maintenant les messages officiels, puis nous respecterons une minute de silence à la mémoire de tous les disparus.

Le Maire de Cros
C.Clavel

Texte du discours prononcé le 21 janvier 2017 à Cros par Christian Clavel à l’occasion de la cérémonie des vœux à la population.

Mesdames messieurs, chers amis,

Merci d’avoir répondu à l’invitation du conseil municipal pour cette première cérémonie des vœux.
Bienvenu à toutes et à tous
Bienvenue chaleureux aux nouveaux Crousens et Crousennes qui j’en suis sur prendront comme nous un très grand plaisir à vivre dans notre magnifique vallée et qu’ils s’impliqueront dans la vie de la commune.
Je voudrai que nous ayons une pensée pour celles et ceux qui nous ont quittés en 2016 ou qui sont éloignés pour cause de maladie, ou d’accident de la vie.
Permettez-moi d’avoir une pensée particulière pour Dédé Winter qui se bat contre la maladie et qui souhaiterai que quelqu’un veuille adopter son chien dont il ne peut plus s’occuper. Si un de vous êtes intéressé s’adresser, Frank Dubiez.
J’ai fait le choix de renouer avec une tradition qui s’était perdue ces dernières années au motif qu’il fallait faire des économies.
Pourquoi ce choix ?
Dans un village comme le nôtre où l’habitat ne favorise pas les rencontres, à une époque qui est la nôtre où le repli sur soi semble être la règle, toutes les occasions de rapprocher les habitants doivent être recherchées.
C’est à mon avis, et vous le savez, le rôle premier de la commune que de permettre, de favoriser et de maintenir les relations humaines entre ses habitants. Si nous ne le faisons pas qui le fera ?
Mais ne vous faites pas de soucis, faire des économies c’est naturellement, à un moment ou les aides de l’Etat, du Département et autres « financeurs » habituels ont tendance à se réduire, une préoccupation permanente de notre équipe municipale.
Mais notre action se joue sur le choix des projets que nous lançons et sur la façon dont nous les préparons.
Cela demande bien entendu aux conseillers de consacrer beaucoup de temps aux affaires de la commune.
Merci à leur conjoint d’accepter qu’elles ou qu’ils délaissent un peu leur vie familiale pour s’occuper des affaires communales.

Mais venons-en à ce qui nous réunit ce soir..

La cérémonie des vœux c’est un moment important pour un maire. C’est celui où il faut à la fois jeter un œil dans le rétroviseur pour voir ce qui a été fait au cours de l’année passée et regarder devant pour annoncer à la population ce que l’on va faire au cours des 12 prochains mois.
C’est l’exercice que je vais tenter de faire maintenant.
Mais avant quelques chiffres pour situer Cros car peu d’entre nous en ont connaissances :
Officiellement la population de Cros est de 263 habitants au 1/1/2017 d’après l’INSEE donc en augmentation sensible.
Il y a au 10 janvier 293 électeurs inscrits soit 17 inscriptions nouvelles et 6 radiations.
De plus nous comptons maintenant en plus 4 électeurs venant des pays de la communauté européenne qui pourront voter aux élections locales..
Autre chiffre significatif : Quasiment la moitié des habitations sont des Résidences Secondaires et c’est un de nos problèmes à gérer.
Voilà pour les chiffres.
Je voudrai commencer mon intervention en remerciant ceux qui par leur engagement professionnel ont permis la continuité du service public sur notre commune.
Je veux parler de nos 3 employés communaux qui ont su faire passer l’intérêt général avant leurs sentiments personnels qui ont pu certainement été heurtés par les événements qui ont marqué le début de l’année 2016 et le changement de l’exécutif communal. 

Je voudrai aussi remercier devant vous les membres du conseil municipal que vous avez élus en 2016, pour le travail qu’ils ont accompli au sein du conseil mais aussi en participant de façon assidue à toutes les commissions de la communauté de commune à laquelle nous appartenons.
Merci aussi à toutes celles et tous ceux qui tout au long de l’année agissent au sein des associations pour maintenir la vie sur la commune. Je pense naturellement au club Amitié Rencontre , et à Culture et Patrimoine mais aussi aux autres plus confidentielles mais qui participent au maintien du lien social.
Merci aussi à toutes les entreprises avec qui nous travaillons, à tous les services de l’Etat et plus particulièrement au personnel de la sous-préfecture du Vigan, de la DDTM, de la trésorerie de Saint Hippolyte du Fort , les services du Conseil Départemental du Gard (CD30) qu’ils soient basés à Nîmes ou à Quissac, qui m’ont par leurs conseils bien facilité les choses.

Je n’oublie pas bien sur la Communauté de Communes du Piémont Cévenol (CCPC) mais nos relations si elles se sont apaisées restent toujours marquées par des incompréhensions réciproques causées par à la situation particulière dû au maintien dans les fonctions du représentant de notre commune au conseil communautaire de l’ancien maire. Cet état est tellement absurde et anti démocratique que j’espérai et espère encore que le bon sens républicain un jour habitera ceux qui sont en position de faire évoluer la situation.
Mais ce n’est pas le jour de se lamenter.
Sachez que nous continuerons à nous battre afin que cette situation absurde cesse.
Et que les rendez-vous électoraux programmés en 2017 pourront permettre de faire savoir à ceux qui s’accommodent de cette situation qu’ils ont eu tort de ne pas faire respecter la volonté exprimée dans les urnes.
L’année 2016 a été un peu complexe pour ne pas dire difficile. 10 conseillers municipaux sur 11 ont été renouvelés, et le maire a changé.
On nous avait prédit la catastrophe :
– les subventions qui n’arriveraient plus, et même qu’il faudrait rembourser celles déjà reçues,
– un procès avec notre bureau d’études qui durerait des années pour faire valoir nos droits et que
c’était perdu d’avance,
– les spectacles qui n’auraient plus lieu,
– une population qui s’écharperait,
Ce serait presque la guerre civile Quoi !
Rien de cela ne s’est passé, et c’est tant mieux, mais remettre en route les affaires de la communes avec une prise de fonction à mi-mars et une nouvelle équipe réduite de moitié jusqu’au mois de juin 2016, cela n’ a pas été un fleuve tranquille.
Mais la population avait mis si massivement sa confiance dans cette nouvelle équipe , que nous avions obligation d’être présent là où elle nous attendait.
Après avoir dû établir le budget 2016 en quelques jours.
Nous nous sommes attelés à faire ce que nous avions annoncé et je pense que l’on peut dire que malgré la difficulté nous avons rempli nos engagements :

- Nous avons rétabli l’alimentation du réservoir du Mas de Bourguet interrompue depuis de très nombreux mois. Certes c’est une situation provisoire mais cela nous a permis de passer tout l’été (pourtant particulièrement sec) sans un jour sans eau . Cette situation provisoire restera en place jusqu’à la réalisation des travaux dont je parlerai tout à l’heure.

– Nous avons trouvé un accord avec le bureau d’études et son assurance sur le problème de Driolle
Je passe sur les négociations un peu compliquées avec le bureau d’études et son assurance. Mais après 6 Mois de tractations nous y sommes arrivés. Il n’est certes pas parfait mais d’une part il conserve un réseau gravitaire, deuxièmement il n’est pas secret, troisièmement tout a été entièrement pris en charge par Cereg et son assurance.
De plus le réservoir de Driolle sera utilisé pour desservir le hameau de Driolle et par la suite la haute vallée du Vidourle si nous arrivons à convaincre ceux qui gèrent les ressources en eau.
Une réunion des représentants des conseils municipaux de Saint Roman et de Cros s’est tenu dans cette salle afin de connaître les positions de chacune des communes sur une éventuelle extension du réseau d’eau de Cros sur les 2 territoires.
Car je suis convaincu que si nous ne menons pas ensemble ce projet nous n’y arriverons jamais. Nous savons que la route sera longue avant de pouvoir voir l’eau couler dans une conduite publique à Malignos ou au Mas de gentil. Mais nous avons je crois , les 2 communes la même volonté d’avancer sur ce sujet.
Mais revenons à cette affaire de l’accord.
Aujourd’hui nous sommes presque au bout de l’opération. Un regard en béton de 2,50 x1,50×1,70 de profondeur a été construit à Fieliech au bord de la piste DFCI sur un terrain qu’a mis gracieusement à la disposition de la commune M. Pibarot , dans ce regard a été installé tout le dispositif de traitement de l’eau par UV. Il reste maintenant à réaliser le raccordement avec la conduite qui vient de la source du Vidourle. Cette opération est programmée pour la semaine prochaine si le temps le permet. Puis le SMEG raccordera cet appareillage à la ligne électrique qui dessert la maison de M. Pibarot située à proximité immédiate. Le coût de toute cette opération s’élève à environ 18000€ pris en charge en totalité par Axa et Cereg. Mais que de temps et d’énergie perdus.
Un autre de nos engagements était le rétablissement du fonctionnement initial du réservoir de Boulségure dont les modifications incompréhensibles apportées en 2014 aux canalisations empêchaient son fonctionnement comme réservoir pour toutes les habitations de Boulségure et du Barailler.
Les travaux sont programmés à partir du lundi 23 janvier 2017, et à nouveau Boulsegure aura une installation de défense contre l’incendie et une réserve d’eau conséquente. Nous pouvons tous regretter d’avoir dépensé tant d’argent environ 6000€ entre la modification faite en 2014/2015 et la remise en situation initiale pour rien.
Ensuite il y a eu à solder les dégâts causés par les intempéries de septembre 2014 ;
Les intempéries de septembre 2014 avaient considérablement endommagé la voirie communale. La municipalité précédente avait fait réaliser en son temps des travaux sur de nombreux chemins communaux et ruraux ce qui était très bien, nous avons poursuivi en utilisant les subventions restantes en provenance de l’état de la région et du département pour réparer certaines zones particulièrement dégradées par les intempéries du chemin qui va du Pouget au Mas de La font et se prolonge jusqu’ à Fieliech.
Je crois que les utilisateurs sont satisfaits de ce qui a été fait même s’ils trouvent qu’il y en a encore à faire.
Reste à régler une affaire très embêtante mais qui n’était pas dans nos engagements car nous ignorions le problème.
Il s’était dit beaucoup de chose au cours des mois qui ont précédé le changement de conseil municipal, mais rien n’avait été dit sur le fait que les installations de traitement de l’eau ne fonctionnaient nulle part. Ni à Bourguet , ni à la Rouviere ni aux Fourniels ni à Boulsegure.
Personne n’en avait parlé, il faut dire que ce n’est pas glorieux.
Si la solution a été rapidement trouvé pour le réservoir du mas de Bourguet, Il n’en a pas été de même pour la Rouvière et même si maintenant après les mesures que nous avons prises, le dispositif de traitement fonctionne il n’est pas fiable à cause de sa sensibilité aux orages. Nous avons apporté des modifications mais elles ne sont pas suffisantes pour rendre robuste le système et nous devrons certainement engager d’autres travaux et donc d’autres dépenses. Par ailleurs l’appareillage qui a été installé n’a pas l’agrément de l’ARS. Son remplacement par du matériel agrée coûterait entre 7000 et 9000 Euros. Vous comprenez que nous soyons toujours à la recherche d’une solution négociée avec ceux qui l’ont proposé à la commune. Mais en attendant l’eau distribuée est maintenant de qualité.

Pour les dispositifs mis en place aux réservoirs de Boulségure et des Fourniels, là ils ne fonctionnent toujours pas et nous continuons à traiter l’eau manuellement, comme lorsqu’il n’y avait pas d’appareillage.
Les discussions que nous avons engagées avec le bureau d’études qui a conçu ces dispositifs et avec l’entreprise qui les a installés afin qu’ils reconnaissent au moins une part de responsabilité. Ces discussions se heurtent à un blocage complet et c’est difficile car le maire en 2014 a réceptionné (accepté) ces dispositifs.
Et n’a pas signalé pendant l’année de mise en épreuve leur non fonctionnement.
Nous poursuivons la négociation pour essayer de trouver une solution qui fonctionne et qui ne coûte pas trop cher à la commune. Mais sachez que cela prend beaucoup de temps et d’énergie. Et qu’ ’à la fin ne rêvons pas cela coûtera de l’argent à la commune.
Enfin nous avons mené à son terme la procédure de régularisation des captages de Mas de Bourguet et de La Rouvière ainsi que du forage d’Aigue Vive qui avait été engagée en 2011 je crois et qui s’était un peu assoupie entre temps.
Cette procédure qui permet à la commune d’avoir l’autorisation de prendre de l’eau et de définir les différents périmètres de protection de ces points d’eau est arrivée à son terme.
Aux mois de juin et juillet à eu lieu l’enquête publique et le rapport du commissaire enquêteur a été favorable.
Le 10 janvier de cette année le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques auquel j’ai assisté a donné un avis favorable au Préfet pour la déclaration d’utilité publique de nos captages et de leurs périmètres de protection.
Nous attendons donc l’arrêté préfectoral d’utilité publique. Pour réaliser les travaux d’aménagement et de protection de ces captages.
Voilà pour les grosses affaires techniques, mais l’année 2016 cela n’a pas été que cela à Cros.
L’année 2016 a été riche en événements culturels. Des spectacles de qualité ont ponctués l’année au plus grand plaisir des nombreux spectateurs. Nous devons cela au dynamisme de l’association Culture et Patrimoine et à la Communauté de Commune mais aussi à l’investissement personnel de notre conseillère municipale déléguée à l’animation culturelle. Merci à eux tous. Demain d’ailleurs il y a un spectacle dans cette même salle. Je vous invite à venir le voir. Ainsi que le film qui sera projeté vendredi prochain dans le cadre de la semaine des droits de l’homme dans le Gard.
Ne boudez pas ces spectacles ils sont de grandes qualités, l’ambiance y est très amicale et le plaisir de se retrouver vaut largement le plaisir que l’on peut prendre devant sa TV.
Nous nous étions également engagés à informer en permanence de ce que nous faisions Pour cela nous avons utilisé naturellement le vecteur du Crousen en privilégiant dans les articles ce que faisait le Conseil Municipal (CM).
Nous avons également utilisé de façon intensive le site internet de la commune (cros-cévennes@orang.fr) Patrick Nobileau l’alimente en permanence d’informations utiles à tous. De plus pour tenir compte du fait que la mairie n’est pas toujours ouverte nous avons créé une adresse spéciale afin que les habitants puissent s’adresser directement aux membres du CM . (elus-de-cros@orange.fr) Cette adresse a été utilisée plusieurs fois pour des sujets les plus divers et chaque fois une réponse à été donnée et puis il y eu une réunion plénière à laquelle ont assisté 70 personnes je crois c’est à dire presque le tiers de la population. Enfin j’ai profité de chaque cérémonie (8 mai, 14 juillet, 11 novembre) pour rendre compte de l’avancement de notre action et de la direction dans laquelle nous avons décidé d’aller. En parlant de cérémonie j’ai eu le plaisir d’y voir de plus en plus d’habitants, preuve de l’envie de beaucoup de se retrouver.
L’année 2016 est passée que nous réserve l’année 2017 sur le plan communal ? Le travail entrepris tout au long de l’année par le CM va se voir dans les faits avec la réalisation des projets que nous avons votés en 2016.

Tout d’abord les travaux d’accessibilité à la mairie qui répondent à une obligation légale et pour lesquels nous avons profondément revu le projet initial vont commencer réellement le 13 février. L’entreprise chargée des travaux a été choisie après un appel d’offre. Il s’agit de l’entreprise de TP MICHEL dont le siège est à Bagard. Cette entreprise sous-traitera certainement les travaux de maçonnerie pure.
J’espère que compte tenu du nombre d’entreprise de maçonnerie locale son choix se portera sur une entreprise de par ici. Le soutien à l’emploi local est en effet une de nos priorités.
Ces travaux vont un peu modifier les abords de la mairie et perturber un peu nos habitudes. Ils vont durer 9 semaines et commenceront donc réellement le 13 février.
Description rapide : plateau ralentisseur devant le bâtiment+ Parking Handicap + trottoir de 1,40m devant la mairie pour l’accès des fauteuils + un escalier situé près du garage qui s’enroulera autour d’une nacelle élévatrice pour les Population à Mobilité Réduite (PMR). Au niveau de la cour un cheminement en béton désactivé avec diverses rampes d’accès pour les PMR.
Le coût de cette opération s’élève à 90000€ pour la partie chaussée et travaux de maçonnerie et 16000€ pour la fourniture et la mise en place de la nacelle élévatrice. Ces travaux sont subventionnés à hauteur de 30% environ mais la part restant à la commune va passablement écorner nos économies.
Ensuite dès que les températures le permettront on procédera au goudronnage du chemin communal N°2 qui relie le Pouget au Mas de Lafont Coût de l’opération 35 000€HT dont 30% de subventions du département. Ces travaux ont été demandés au titre de la nouvelle procédure mise en place par le Conseil Départemental du Gard (CD30).que l’on appelle le Contrat territorial. Je signerai mercredi prochain ce contrat qui liera la commune et le CD30 pour les années 2017/2018.
Les travaux d’accessibilité au temple et à l’eglise seront eux lancés ensuite pour un montant estimé à environ 27 000€HT subventionnés à 40% .
Ensuite au printemps nous allons dans le cadre de la conservation de notre patrimoine en collaboration avec la communauté de commune entreprendre la remise en état du pont de Bancillon.
Cette opération est financée à 90% par la Communauté de Communes. 10% restant à la charge de Cros. Le coût de cette opération est d’environ 80 000 Euros HT.
Mais l’affaire la plus importante est celle de la régénération de notre réseau ancien. J’espère que les premiers coups de pioche pourront s’entendre à la fin de 2017.
– Suite à la constatation que notre réseau de Bourguet avait un rendement inférieur à 30%,
– Suite aux menaces explicites de l’agence de l’eau de doubler les taxes sur tous les m3 d’eau prélevée, Taxes qui sont payées par les abonnés,
– Suite à l’avis du conseil départemental de ne plus aider la commune de Cros pour tous projet ayant un rapport avec l’AEP et enfin
– En prenant en compte le coût des réparations de fuites et de la gêne que ces fuites font subir aux abonnés nous avons au début de l’été 2016 pris la décision de réaliser un projet important comprenant la régénération de la partie du réseau du mas de Bourguet, qui est le plus fuyard et qui coûte le plus cher en réparation des fuites.
Nous avons retenu après analyse des mesures des fuites qui avaient été réalisées en octobre 2015 la section qui va du Mazet à l’Eglise de Cros et de l’antenne qui dessert le Pouget. Nous avons pour ce projet très technique confié l’établissement d’un Avant-Projet au services d’Assistance à la Maitrise d’Ouvrage du CD30 afin de s’assurer de sa faisabilité et de son coût Puis nous avons fait une demande de subventions auprès de Conseil départemental du Gard et de l’Agence de l’eau.
En parallèle nous avons nous même (les membres du Conseils Municipal) préparé un projet d’installation de télésurveillance des installations situées à nos captages et dans nos réservoirs.
Car aujourd’hui nous ne savons pas si les installations de traitement fonctionnent alors même qu’elles ont été installées à grand frais pour que nous soyons surs de distribuer de l’eau potable.
Cette surveillance à distance nous permettra de savoir en temps réel si les dispositifs de traitement fonctionnent, combien il y a d’eau dans les réservoirs, combien y a-t-il de chlore dans les dispositifs de traitement, a quelle vitesse les réservoirs se vident etc, etc . Enfin toutes les données nécessaires à un bon suivi de nos installations.
Ces informations aboutissant en temps réel sur un téléphone mobile que gardera le maire ou un conseiller municipal et qui permettra de savoir en permanence si tout fonctionne bien et dans le cas contraire d’intervenir rapidement. Ces informations arriveront également sur un ordinateur à la mairie. En plus c’est un investissement d’avenir car cela facilitera la gestion de nos réseaux lorsque ceux-ci seront transférés à la CCPC en 2020.
En même temps que ces travaux nous ferons la réparation définitive de la conduite entre le captage du mas de Bourguet et le réservoir du même nom.
Afin de présenter aux autorités de qui nous sollicitons des aides , un projet global d’amélioration des réseaux d’eau de Cros , nous avons également actualisé des vieux projets non réalisés car la Déclaration d’Utilité Publique n’avait pas été prise préalablement, concernant la protection des captages de Bourguet, Aigue Vive et la Rouvière et l’amélioration de la performance du captage de Liroumas.
L’ensemble de ces projets présente un coût de 815 000 Euros HT pour lesquels nous avons demandés des subventions. Et que nous espérons réaliser en fin 2017et début 2018.
Des problèmes restent à régler comme l’obligation d’être propriétaire du terrain sur lequel se trouve le forage d’Aigue Vive. Est ce que les propriétaires actuels vont vouloir le céder ?ou devrons nous engager une procédure d’expropriation que la DUP nous donne le droit de faire.
La régénération du réseau et la télésurveillance ont un coût de 650000€ HT environ et nous espérons obtenir un taux de subvention proche de 80% du département et de l’Agence de l’eau.
Les autres chantiers pour un montant total de 165 000€ HT seraient subventionnés eux à 50%.
Enfin l’année 2017 sera aussi riche peut être même plus que 2016 en événements culturel ou festifs
Vous serez tenus comme d’habitude informés par le site internet, le Crousen et des affiches. Mais je vais dévoiler un secret, vu l’intérêt qu’a suscité la conférence sur les rapaces qu’a présenté Christophe Grousset, Marie Anne Princé qui est chargée de l’animation culturelle au Conseil Municipal envisage de proposer périodiquement des conférences sur des sujets variés. Ce n’est encore qu’au stade de l’ébauche mais l’idée m’a particulièrement séduit j’espère qu’elle le mènera au bout et que vous serez nombreux à venir y assister.

Mais cette quantité exceptionnelle de travaux programmés ont un coûts je ne l’ai pas caché ni aujourd’hui ni lors des conseils municipaux où ces projets ont été présentés et si une partie très conséquente sera financée par des subventions et par un emprunt sur 25 ans il a été nécessaire de prévoir une augmentation modeste du prix du m3 d’eau et de l’abonnement augmentation modeste car pour un foyer qui consomme 120m3 par an cette augmentation aura un impact de 1,20€/mois Rappelons toutefois que depuis 4 ans le prix de l’eau et de l’abonnement n’avaient pas bougés.
Nous n’avons par contre pas fait évoluer le prix de l’assainissement collectif qui pourtant est lui aussi inchangé depuis déjà 4 ans.

Les taux des impôts locaux prélevés par la commune n’ont pas évolués depuis 2014 et je souhaite pouvoir les maintenir à ce niveau malgré la pression que font ceux qui nous subventionnent en grande partie et qui disent « nous on trouve de l’argent pour vous subventionner. On est critiqué parce qu’on augmente les impôts et les taxes pour cela et vous qui en profitez, vous ne faites rien afin de ne pas fâcher vos électeurs et vos administrés ».Ce n’est pas tout à fait faux mais les finances des ménages sont déjà impactés par d’autres dépenses obligatoires que nous nous devons d’essayer de ne pas augmenter les taux des impôts locaux.
Mais à ce jour le budget n’étant pas finalisé je ne peux m’engager sur ce point. Je connais les difficultés qu’ont beaucoup d’entre nous aussi le conseil municipal sera très vigilant à ce que les augmentations des taux communaux, si augmentation il y a soient aussi indolores que possible.
Voilà pour ce qui est proprement Crousen mais 2017 aussi sera riche en événements nationaux, Il
y aura d’abord l’élection Présidentielle puis les législatives.
J’ose espérer que de nombreux habitants se déplaceront pour voter.

Voilà je crois avoir fait le tour des affaires importantes de la commune, et j’ai été bien long pour dresser le bilan 2016 et présenter une projection sur 2017 il est temps maintenant de vous adresser en mon nom personnel et au nom du conseil municipal une bonne année 2017.
Qu’après 2016 qui a vu les attentats terroristes, ces dizaines de victimes, ces milliers de gens sur des bateaux fuyants des régimes oppressants et errant sur les routes à travers l’Europe en quête d’un monde meilleur,
Que 2017 apporte à vous-même, à tous ceux qui vous sont chers et à Cros mais aussi partout ailleurs la paix et la prospérité.

Bonne année à toutes et à tous.

Merci

Conseils Municipaux

Sur cette page vous trouverez les Procès Verbaux des derniers Conseils Municipaux après approbation ainsi que le texte des Délibérations votées :

2019

Conseil du 2 décembre 2019

Délibérations votées le 2 décembre 2019

Conseil du 26 septembre 2019

Délibérations votées le 26 septembre 2019

EAU REGLEMENT 2019

Conseil du 17 juin 2019

Délibérations votées le 17 juin 2019

Conseil du 21 mars 2019

Délibérations votées le 21 mars 2019

Conseil du 22 janvier 2019

Délibérations votées le 22 janvier 2019

2018


Conseil du 29 novembre 2018

Délibérations votées le 29 novembre 2018

Conseil du 27 septembre 2018

Délibérations votées le 27 septembre 2018

Conseil du 31 mai 2018

Délibérations votées le 31 mai 2018

Conseil du 19 avril 2018

Délibérations votées le 19 avril 2018

Conseil du 15 mars 2018

Délibérations votées le 15 mars 2018

Conseil du 15 janvier 2018

Délibérations votées le 15 janvier 2018

2017


conseil- du- 16 novembre-2017

délibérations-du-16-novembre-2017

2016

——————————————————————————-

conseil-du-12-decembre-2016

conseil-du-27-octobre-2016

conseil-du-6-octobre-2016
conseil-du-8-aout-2016

motion
conseil-du-16-juin-2016

conseil-du-2-mai-2016
conseil-du-14-avril-2016

conseil-du-17-mars-2016

2015


 

2014


conseil-du-22-decembre-2014
conseil-du-20-octobre-2014
conseil-du-22-septembre-2014
conseil-du-15-septembre-2014
conseil-du-20-juin-2014
conseil-du-12-juin-2014